" L’optimiste ne refuse jamais de voir le côté négatif des choses ; il refuse simplement de s'y attarder ."

Hier encore, je donnais la cadence à mes vieux comme au vent frais qui voulait me soumettre et me faire frissonner. Depuis quelques jours, je me sens poisseux, engourdi par un souffle chaud qui me fatigue la respiration. Alors que je tente de récupérer un manque de sommeil ou à défaut, d'engranger quelques réserves au cas où, je suis sans arrêt interrompu sans aucun égard. Les portes et fenêtres de mon chez moi sont ouvertes à longueur de journée. La lumière presque aveuglante, alliée inattendue, m'oblige à garder mes paupières closes. Mais le répit est de courte durée, car dehors le monde s'éveille du grand sommeil hivernal que mon pote et moi aimons tant. Ça jacasse de toutes parts, les merles veulent clouer le bec aux corbeaux, ce qui n'est pas une mince affaire. Mes nombreux collègues ont pris l'air sur leur balcon respectif et se haranguent, tout en faisant la police, surveillant le parking qui nous est commun. Les deux pattes sortis de léthargie, donnent de la voix, parlent du temps passé et à venir, tant et si bien qu'ils me font suer... Je rouspète et râle, changeant de panier et de pièce sans trouver mon bonheur. À force, j'ai filé le tournis à ma vieille qui m'a jeté un oeil scrutateur. Aïe ! Je sens bien que je viens de réveiller le dernier hiberné, le plus dangereux...Charly, mon pauvre gros pépère, t'as chaud ? Je t'ai laissé en jachère bien trop longtemps, le boulot nous attend, je vais te faire une belle coupe printanière...

seelbach suite (5)saalbach chapelle (2)

saalbach chapelle (9)saalbach chapelle (3)

Je ne collabore pas avec l'ennemi, qu'on se le dise ! Je préfère faire le mort sur la table de travail pendant que mon bourreau officie sur ma carcasse. Mon esprit prend le large et je me remémore une de ces balades annonciatrices des beaux jours. Chaque année c'est pareil, on le sait, le printemps est en chemin, pas de quoi en faire tout un plat. La seule chose dont je lui sais gré, c'est d'alterner le chaud et le froid. La vieille s'en régale avec impatience non sans regretter son passage souvent éphémère. C'est une saison paresseuse, ce qui la pousse à pactiser avec l'été bien trop souvent à mon goût, en lui cédant hâtivement la place. Le pire des scénarios... Pas de danger qu'il nous fasse faux bond celui-là, il me rend la vie indigeste !!

seelbach papillon (2)

dorlinbach pediluve (24)

 

dorlinbach pediluve (19)

 

dorlinbach pediluve (20)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dorlinbach pediluve (22)

seelbach papillon (35)

seelbach papillon (37)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

saalbach chapelle (8)saalbach chapelle (10)

J'ai "revisité" pour vous, ma dernière balade et l'ayant finalement trouvé à mon goût, je me propose de la refaire en votre aimable compagnie. Pendant que mon flanc s'offre au trimmer, mon esprit vogue entre rêverie et réalité. Petit à petit le silence reprend du terrain avalant les sons les plus discordants venant de l'extérieur. Il ne reste plus que moi, somnolant, presque heureux d'entendre le merle moqueur pendant que la vieille abat sa besogne. Cette fois pour inaugurer la nouvelle saison, nous avons changé d'horizon, abandonnant Durbach pour un temps. Ce nouveau territoire m'oblige à toutes les attentions : surveiller les alentours, mémoriser les lieux et surtout trouver un banc. Depuis le temps que vous vous promenez avec moi, je ne vous apprends plus rien ! Faisons quand même un bref résumé des premiers kilomètres : 2 ou 3 panneaux indicateurs qu'aucun d'entre nous ne comprend, une jolie forêt, de beaux tas de bois alignés pour un hiver rigoureux que j'appelle de mes voeux et bien sûr, des bifurcations pour le petit moment de suspense... Ha! j'allais oublier, je rajoute une petite fontaine pour nous rafraîchir les idées, un ou deux abris au choix pour agrémenter mon décor et un chemin de terre qui me mènera, n'en doutons pas, vers un joli coin pour un repas champêtre. Stop! On a oublié le principal : les fleurs et les fredonnants pour la chef, elle s'y attardera volontiers pour les photographier. Autant faire d'une pierre deux coups en plaçant mon banc juste à côté...En voilà une idée qu'elle est bonne ! Voyez vous ça, comme le temps passe vite, c'est déjà l'heure du casse-croûte. Bon! Jusque là, ça se tient...

saalbach chapelle (13)saalbach chapelle (14)

saalbach chapelle (15)saalbach chapelle (17)

C'est quand même incroyable, qu'on soit systématiquement dérangé dés qu'on passe à table ! Un paquet de poils encombrants se vautre sur ma truffe et me fait éternuer, la vieille vient brutalement de me rappeler à la réalité en me retournant comme une crêpe. Elle a intérêt à ne pas me louper. Mon côté pile et face doivent jumeler et ne former qu'un tout harmonieux, une fois cet inutile relookage terminé. Où en étais-je ? Des  crêpes! Comment ça, y'a pas de crêpes, qu'est ce qu'on mange alors ? Des croquettes ! Ben ça alors pour une surprise, c'est une surprise. Les deux pattes sont de plus en plus ancrés dans leur certitude. Nous, les quatre pattes, sommes au contraire dans une soif constante de connaissance pour ne pas rester bête. C'est un boulot à plein temps, un de plus. La preuve : il y a maintenant prés de onze ans que je passe mes soirées, blotti dans mon fauteuil à écouter et engranger les inepties télévisuelles. Ce bruit de fond a un pouvoir soporifique encore inexpliqué sur moi. Il arrive toutefois, qu'au milieu de ce fatras, quelques infos capturent mon attention. J'affectionne particulièrement l'idée que manger riche et varié prolonge notre vie et notre bonne santé. Lorsque que je me redresse pour voir si mes vieux ont bien capté le message, je ne peux que constater leur peu d'envie de s'instruire. Ils dorment la bouche ouverte à croire que ça va leur tomber tout rôti dans le bec !! Me voilà une fois de plus, obligé de leur faire un cours de rattrapage. Je profite de cette balade pour fêter le joli mois de Mai comme il se doit ! C'est la période idéale pour les revendications et je décide de faire un sit-in ! Mais les sagouins m'ont laissé gober les mouches pendant qu'ils se gavaient de lard fumé et de fromage, c'est toujours les mêmes qui profitent...

saalbach chapelle (19)saalbach chapelle (20)

 

saalbach chapelle (23)saalbach chapelle (21)

Je me sens de plus en plus allégé, probablement parce que je suis au régime sec. Mais pas que ! Étendu de tout mon long sur ma planche de supplicié, je contemple la vieille brandissant comme un trophée, la laine qu'elle m'a pris sur le dos. Camarades ! On nous spolie, on nous ment ! Non content de me ratiboiser, elle se fout de moi et me remercie pour ma "participation"... Elle cherche à donner à sa perfidie un air de générosité en me couvrant de baisers et de compliments. Je me débats et exige de mettre pied à terre, aussitôt fait, je lui jette un oeil noir qui vaut mieux qu'un long discours et m'en vais rejoindre mon panier. Personne alentour, je tourne trois fois sur moi-même, m'enroule de façon à devenir forteresse, en poussant de nombreux grognements exaspérés et rideau !! A force d'être tout le temps interrompu, je finis par ne plus savoir où j'en suis. Ha vous v'là ! Je vous laisse profiter du banc, le temps pour vous de grignoter, si vous avez de quoi et on se retrouve prés du pont tout à l'heure. En attendant je vais en repérage, c'est souvent pour moi, l'occasion d'améliorer mon ordinaire...

tasfumier (21)

tasfumier (44)

tasfumier (45)

tasfumier (5)

P1460413

P1460417P1460411

Du coin de l'oeil, je contemple deux beaux porcinets, dodus à souhaits, le choix est cornélien... Sachant que je vais devoir livrer bataille, je cherche le bon angle d'attaque : ce doit être décisif et foudroyant. A cet instant précis, il me revient en tête un documentaire qui m'avait fortement contrarié et dans lequel on affirmait, preuve à l'appui, que le cochon est plus intelligent que le chien. Faudrait pas nous faire passer pour des andouilles ! Il y a bien longtemps déjà, que nous avons apprivoisé les hommes et leur avons appris comment vivre, alors que les gorets en étaient encore à se rouler dans la fange et se gaver de glands. Question intelligence on n'a plus rien à prouver !! Malgré tout, allez savoir pourquoi, les deux pattes, s'en sont toqués au point d'en faire un animal de compagnie. Personnellement, j'aurais beaucoup de mal à sympathiser avec mes futures victimes, ça coupe l'appétit...  Puisque mes deux lascars sont en train de siester, j'ai encore le temps de vous raconter cette étude qui n'a de scientifique que le nom... Imaginez une grande pièce nue dans laquelle on fera entrer, chacun son tour, les deux protagonistes : un cochon et un chien. Dans cette pièce, on dispose deux barrières de police en V et pointées vers la porte d'entrée. Dans l'intérieur de cet angle formé par les deux barrières, on dépose une écuelle bien remplie. Pas besoin d'être une lumière pour piger que ce sera la récompense pour service rendu ! Le pourceau entre sans se soucier des deux testeurs, longe la barrière jusqu'à parvenir à la gamelle pour s'empiffrer du contenu, sous les yeux émerveillés des deux "savants".  Même test pour le chien qui fait son entrée. Il visualise la scène, renifle le rata derrière les barreaux, juste pour voir si ça vaut le coup de se fouler. Puis, sagement posé sur son fondement, zieute les deux futés en attendant leurs consignes. Il y a eu exploit... mais lequel ? Le cochon a gagné, pourquoi ? En attendant d'en savoir plus, je me dis qu'il est urgent d'attendre, il vaut mieux connaître son ennemi avant de l'attaquer. Je reste donc sur ma faim...

saalbach chapelle (32)saalbach chapelle (29)

saalbach chapelle (33)saalbach chapelle (36)

saalbach chapelle (27)saalbach chapelle (28)

C'est fortement affaibli mais heureux de vous retrouver, que je franchis le pont sans faiblir grâce à votre présence à mes côtés. Je vous dois quelques explications concernant mon humeur chagrine et m'en vais vous confier une autre raison de mon mécontentement, si, si, j'y tiens ! Il y a une semaine, j'ai rendu visite au vétérinaire, bien malgré moi. Elle m'a piqué et repiqué pour me vacciner, une protection contre Dieu sait quoi, alors qu'on devrait me protéger des coups de vieux ! C'est eux qui m'ont livré à ma tortionnaire. Elle m'a regardé jusqu'au fond des oreilles, et sans ménagement m'a vidé les sacs anaux, ce qui m'a foutu les glandes. J'en ai hurlé de contrariété tout en m'agrippant à la vieille, j'étais quasi sur sa tête pour tenter de m'échapper. Maintenant que je vous ai confié tous mes tourments, je me sens plus léger. Le ciel lui aussi s'est dévoilé lentement, laissant place au roi soleil. La nature m'offre un bouquet final, histoire de me remonter le moral. Sur les hauteurs d'un paisible village, une chapelle carillonne à tout va et assure les campagnards de sa vigilante protection. Un immense tapis de fleurs jaunes embrase la vallée. Je me rapproche d'une table et trois chaises, intelligemment disposés à l'ombre et face au fabuleux spectacle. Sans vouloir pourrir l'ambiance, il manquait quand même à ce charmant décor, une belle dame au tablier de dentelle qui sent bon la vanille, si vous voyez ce que je veux dire ! Je mes suis couché sur l'herbe et au moment où je fermais les yeux, la vieille se fend d'une réflexion acerbe dont elle a le secret : "Charly, tes ronchonnements à tout bout de champ, démoraliseraient un régiment !" Et voilà, on peut jamais être tranquille...

saalbach chapelle (38)saalbach chapelle (39)

saalbach chapelle (41)saalbach chapelle (47)e

saalbach chapelle (51)saalbach chapelle (43)

saalbach chapelle (48)canard chapelle

Je tenais à vous remercier de m'avoir accompagné, malgré mon humeur maussade. Ma vie a aussi comme tout un chacun, ses hauts et ses bas. Et c'est à l'arrière de ma berline où je pestais comme à mon habitude que quelque chose dans la voix de mes vieux, m'a fait tendre l'oreille. Dés que j'entends mon nom, j'interprète au mieux la langue de mes vieux qui n'est pas la mienne ! Je maîtrise une vingtaine de mots pour lesquels ma compréhension est immédiate, pour le reste je fonctionne à l'instinct..."Notre vieux Charly refoule du goulot, c'est de pire en pire" dit la vieille qui a toujours eu la dent dure. "Je crois qu'on a pris la bonne décision, il ne faut pas attendre qu'il soit trop vieux, on ne sait jamais avec l'anesthésie" dit mon pote. Il se tourne vers moi et m'assure que mercredi je vais retrouver ma dentition de bébé !? J'entrave que dalle, mais j'ai l'impression étrange qu'ils mijotent quelque chose... "C'est une bonne idée de lui enlever les boules en même temps..." rajoute la vieille. Là, ça me parle et pour cause : il me reste que le petit chose, mes joyeuses m'ont laissé orphelin depuis belle lurette. J'vois pas ce qu'ils veulent encore m'enlever, ils m'ont déjà tout fait. Au secours ! revenez mes amis, sauvez moi, mes vieux ont tourné fada! L'angoisse me serre le coeur à l'idée de revoir ma tortionnaire, je me sens nauséeux, sur le point de rendre l'âme. En jetant un coup d'oeil à l'extérieur, j'ai vu qu'aucune échappatoire n'était possible, j'étais foutu. Je vis mes derniers instants, adieu monde cruel... Alors que ma fin était toute proche, j'entends presque comme dans un brouillard "Ça lui laissera un ptit mois de convalescence pour se requinquer et être en forme pour le Tirol" Miracle ! Je viens d'obtenir un sursis. Cette inquiétante journée se termine par une autre question, restée elle aussi, sans réponse : je m'demande si on cherche pas à supprimer les vieux dans ce pays ?

saalbach chapelle (66)saalbach chapelle (65)

saalbach chapelle (63)saalbach chapelle (67)

 "Il ne faut pas avoir peur des vagues qui agitent notre âme. C'est ça, la vie."

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer