"On devrait mettre autant d'ardeur à simplifier sa vie qu'on en met à la compliquer"

Avec le temps, je suis devenu plus humain que teckel et franchement c'est une vraie vie de chien ! J'aspire le plus souvent, sur mes vieux jours à redevenir teckel à plein temps...Mon paysage est tout détrempé et bien grisâtre, heureusement qu'il y a un peu de jaune pour ensoleiller mes déplacements, quand je mets la truffe dehors. Ça c'est pour la note optimiste !! Mon pote a décidé de mettre de la couleur dans notre "sweet home". Les bonhommes de neige et père Noël ont envahi mon territoire et les guirlandes me font risette. Il manque pourtant à ce rendez vous, mes amies les épices et ma préférée : cannelle. Comme d'habitude c'est toujours les mêmes qui bossent et toujours pas de vieille aux fourneaux pour égayer mon après midi. Mon pote met la touche finale à sa déco, suspendant des boules à tire-larigot au point de m'en donner la nausée ! Moi qui ai perdu les miennes sans espoir de retour, je trouve l'allusion déplacée...J'ai le coeur en rade et l'âme rebelle, quand soudain un éclair de génie me traverse : je vais vous emmener au pays des merveilles et not'misère sera moins pénible au soleil....

P1500064P1500063

 

P1420337P1500082

"On l'a déjà fait cette balade !" Ben oui, moi aussi, mais comptez sur moi pour la bonifier. Vous avez déjà la chance de vous promener au paradis en compagnie de votre porte bonheur Charly, alors n'allez pas, vous aussi, ronchonner! J'ai l'exclusivité de ce privilège dont j'use et abuse selon mon bon plaisir. Après avoir sacrifié à l'inévitable photo souvenir, on s'est permis, comme d'habitude, une petite infidélité au Tirol en patrouillant sur les hauteurs de Mittenwald en Allemagne. Nous avons choisi l'option télésiège pour prendre un peu d'avance. On a bien fait, car la vieille a de suite traîné les pieds dès qu'elle a eu vent de nos projets. Du haut de mon coffre grand ouvert, j'ai failli attendre ! Le Kranzberg s'est mis en route rien que pour nous. A peine envolé dans les airs, j'ai dû tourner le dos au paysage. Je n'ai rien perdu au change, encore que ! J'avais pour toile de fond, la ville à mes pieds et comme une verrue au milieu de ce décor, ma vieille se balançant tétanisée sur son siège. Compatissant, j'ai capté son regard pour ne plus le quitter, l'exhortant par mes petits cris plaintifs à ne pas lâcher prise. Une quinzaine de minutes plus tard, nous débarquons sur la terre ferme. Je laisse mon pote à son cheminement silencieux et ma vieille à ses fleurs et autres voleurs de miellat. Quand à moi, je prends le parti de zigzaguer sur notre route, quasi à la verticale. C'est à bout de souffle que l'on atteint le sommet... Nom de Dieu, une odeur de cannelle ! J'vous lâche un instant, pour jeter un oeil en cuisine. En attendant, faites une pause, prenez vos aises, installez vous sur ces chaises longues en bois et profitez du spectacle, je reviens de suite !!

P1420480P1420509

abeille kranzbergP1500110

 

P1420511P1420542

P1520796P1520798

Le sol, bien plat celui-là, est jonché de petits débris pailletés un peu partout, vestiges d'une décoration rouge et or enfin en place. L'aspirateur ronfle et rode, je dois prudemment manoeuvrer pour atteindre la cuisine. J'arrive juste à temps pour passer l'inspection ! Ma vieille me regarde fièrement, contente de sortir du four, le fruit de son travail. Je n'aurais qu'un mot à dire : "peut mieux faire !" Ne jamais faire de compliments, ça incite, pour qui les reçoit, à se reposer sur ses lauriers. Mais, il ne faut pas non plus dissuader les efforts et les tentatives, quelles qu'elles soient... Je goûterais donc, avec enthousiasme, à sa tarte aux pommes poudrées de cannelle, pour l'encourager à donner "le meilleur d'elle-même" c'est à dire ce dont j'ai envie : mes gâteaux de Noël ! Alors les amis bien reposés ? Pas facile quand on sort gonflé à bloc du remonte-pente, de se retrouver devant un dénivelé qui nous nargue sur deux cent mètres et tout ça sans échauffement. J'en ai vu certains sur les rotules avant d'arriver au sommet ! Vous n'auriez pas vu mon pote ? J'ai passé tous les bancs en revue, personne ! Un étrange insecte capture toute mon attention et j'en oublie déjà l'objet de mes recherches, c'est le hasard qui me l'a fait découvrir, bien planqué derrière le chalet. Mon pote me gratifie souvent de ses réflexions sur le monde et ses travers. Je lui prête toujours une oreille complaisante. Mon regard bien ancré dans le sien, le conforte dans ses idées et lui donne la certitude d'avoir enfin un auditeur à la hauteur de ses pensées philosophiques. A force de l'écouter, j'ai très vite pris conscience que la perfection n'était pas de ce monde. À partir de ce constat, j'ai décidé de garder certains de mes défauts, auxquels je suis très attaché, pour en faire une valeur ajoutée à mes nombreuses qualités...

P1420523P1420518

 

P1420593P1420598

P1500104P1420576

Perdu dans ses pensées, qu'il a cette fois gardé pour lui, nous nous sommes assis sur un banc. Toujours en symbiose, avec la nature comme fil conducteur, nous nous sommes nourris spirituellement. Hypnotisés par l'horizon, nos paupières s'alourdissaient à force de "marcher" si près du ciel, vers l'éternité. C'est alors qu'un arrogant petit volatile est venu s'installer à nos côtés, piaillant sans gène. J'ai baîllé à m'en décrocher la mâchoire, lui signifiant mon ennui et cette cervelle d'oiseau m'a toisé de son oeil noir. Mon sang n'a fait qu'un tour et je l'ai mis en fuite. Content de moi, j'ai rejoint mon pote qui s'était retranché dans le chalet, étrange attitude ! Ce pourrait-il qu'il se cache de not'vieille ? Nous deux, c'est à la vie à la mort, enfin je le croyais... J'ai fait le guet pour lui et il en a profité pour me fourguer son sac à dos ! C'est elle, qui finalement m'a soulagé d'un grand poids. Ce n'est pas à mon âge que je vais travailler comme un forçat! Je les ai entendu glousser derrière mon dos, ça me hérisse toujours autant le poil. J'ai repris la route, les laissant loin derrière moi, il n'est plus temps de le perdre en enfantillage.

charle sac a dos

P1420577charly kranzberg

P1420549

 

P1420547

 

P1420634

 

 

 

 

 

 

 

L'heure est venue de chercher un emplacement confortable, susceptible de recevoir nos augustes postérieurs. Mon ventre pourra alors se poser sur mes cuisses, près à se gaver. Toutes mes suggestions ont reçu une fin de non recevoir, décourageante. J'ai lambiné à l'arrière, un peu à la traîne, comme vous d'ailleurs !! Mon ouïe fine, me fait dresser l'oreille, à l'écoute d'un bien étrange conciliabule et me voilà sur leurs talons. Il est question de remplacer quelqu'un, lorsqu'il aura disparu, mais ils se demandent par quoi ??? "Qu'est ce que tu dirais d'un colley ?" dit mon pote, "maintenant que je suis tombée amoureuse des teckels, je n'en veux pas d'autres" mais qu'est ce qu'elle raconte ? "J'en prendrais un plus petit que Charly !" Ils ne vont quand même pas me donner un ptit frêre à mon âge ?! Ma parole ! Ils sont entrain de lui chercher un nom, la menace est réelle : Pagaille, Picsou, Pantoufle... On ne me demande jamais mon avis, mais je le donne : je préfère mandarine, tartine, clafoutis... "T'en fais pas, il a encore de belles années devant lui not'vieux Charly !" dit-il pour rassurer ma vieille. J'en ai perdu la santé quand j'ai compris qu'il faisait des projets de remplacement alors que je n'avais pas encore un pied dans la tombe. Dieu merci, on n'en est pas encore à l'oraison funèbre ... Profitant d'une halte à la petite chapelle, j'ai quémandé auprès de ma vieille, quelques éclaircissements, sur mon état de santé. Elle est restée très évasive sur le sujet et m'a suggéré, ansi qu'à mon pote, une activité sportive qui ne nous ferait pas de mal ! Le voilà qui m'appelle et prend un bâton, j'me poste face à lui pour jouer le jeu. Une fois le bâton lancé au loin, je cours marquer l'endroit où il a atterri, puisque sa vue baisse et je reviens au pied. Ça c'est fait !!

 P1420643P1420644P1420647

P1420646

P1420638

PARADIS (77)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1420659PARADIS (44)

P1500115P1410926

Je connais la chanson, il me fait le coup à chaque fois ! Mais je ne sais toujours pas pourquoi mon pote, veut que j'aille récupérer ce qu'il a jeté, alors que de toute évidence, il n'en a plus besoin !! On marche sur la tête... Et voilà, ça lui reprend ! La vieille hilare, nous photographie sous toutes les coutures et mon pote ne cesse de répéter : "Va chercher Charly !" Je ne bouge pas et prends mon air bête...Et quoi encore, qu'il aille le récupérer lui-même, j'suis teckel, pas larbin !! Il lui a fallu encore deux tentatives avant qu'il comprenne qu'il n'y a rien à gagner à faire suer quelqu'un qui n'a rien à perdre... Cette récréation sportive m'ayant quelque peu fatigué les pattes comme la tête, j'ai préféré prendre un peu de repos dans mes appartements. Lorsque nous sommes arrivés à hauteur de la deuxième chapelle, mes vieux ont enfin fait une halte pour manger. Mon pote a débarrassé le dos de mon sherpa, de son chargement, puis a déposé ma studette au sol sans m'en déloger. Ma vieille m'a proposé ma ptite gamelle de flotte et de croquettes, repas à peine digne d'intérêt. Je m'apprétais à descendre pour avaler cet hors d'oeuvre, quand j'ai réalisé que mes deux vieux, debout face à moi, s'étaient figés dans l'attente d'on ne sait quoi. Ils semblaient peu enclin à se restaurer, me privant ainsi, du seul repas intéressant : le leur! Malgré leurs injonctions "Allez Titi, dépêche toi, mange !" je n'ai pas bougé d'un ïota. Nous étions mon pote et moi, face à face, chacun campant sur ses positions, tandis que la vieille comme d'habitude a préféré se défiler, nous laissant nous dépatouiller avec nos problèmes de cantine...C'est un ptit rouquin, déluré et vif comme un écureuil, qui a mis fin à notre désaccord ! J'ai vidé mon écuelle en un rien de temps avant que ce faux jeton ne vive à mes dépens...

P1410730P1350878909 charly dans sa studette

 

P1350856PARADIS (64)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                           Notre retour, s'est fait le ventre vide ! J'ai joué de malchance en vous proposant cette balade aujourd'hui. C'est toujours pareil, chaque année, à l'approche des fêtes, je vis dans une sorte d'impatience et d'inquiètude mêlées. J'en perds le sommeil, mais pas l'appétit qui s'en va grandissant au point de me dévorer tout entier. Je vis, je pense, vanille, cannelle, épices, sucre et fromage pour le dessert... Je n'ai pas été un guide à la hauteur cette fois, heureusement que les photos parlent pour moi ! Un ange veille sur nous, nous avons de la chance, il semble qu'on ne prenne pas encore le chemin du retour. Notre itinéraire se poursuit vers Garmisch-Partenkirchen, je ne vous en dis pas plus, mais il reste une petite possibilité de finir cette sortie en apothéose...Il n'est pas interdit de reprendre le pouvoir lorsque cela s'avère nécessaire et même vital ! Dans cette ville, pas besoin de tâter le terrain, je le connais comme mon estomac ! Ma truffe joue une valse endiablée entre mes deux yeux, levés face au vent. Le goût de miel est déjà sur ma langue, j'en salive comme un Mastiff. Il va falloir ruser. À force de détours pour tromper l'ennemi, j'ai finalement atteint mon but, m'arrêtant devant chez Krönner, magnifique pâtisserie installée depuis 1759. J'aime que les bonnes choses soient immuables.

P1490892

P1490893

P1490895P1490896

gato kranzbergP1490902

J'ai travaillé sur deux fronts aujourd'hui et ça mérite...deux récompenses! Tendre l'oreille pour guetter un hypothétique bruit de casserole dans ma cuisine et dans le même temps vous avoir à l'oeil ainsi que mes vieux, très motivés à dévaliser ma pâtisserie préférée. Mais oublions tout ça, on a du pain sur la planche ! Il y a des moments dans la vie où on ne peut plus faire preuve de sentimentalisme, version Roméo et Juliette. Il faut s'entraider, alors les Voraces et les Coriaces même combat, à table !! Mon pote préfère le chocolat... qui m'est interdit. Je vais manger avec mesure pour garder la ligne, comme ma vieille. Mon choix est fait, pour nous deux ce sera : des amandes, noix, noisettes, pralin, moka, un peu de meringue et tutti quanti. Et pour finir, un petit gâteau avec le café... Allez, j'suis pas chien, faites votre choix, c'est moi qui invite....Mais pas pour la tarte aux pommes, y'en a tout juste assez pour moi et mon pote !!

 

"C'est Dieu qui a créé le monde, mais c'est le diable qui le fait vivre."