"Si loin que nous portent nos pas, ils nous ramènent toujours à nous-même"

P1240915

Pendant une semaine, j'ai soigneusement évité de fréquenter mes congénères français, me donnant ainsi toutes les chances d'une immersion parfaitement réussie en pays autrichien ! ce fut fait avec une facilité déconcertante et un vrai bonheur. C'est alors que mes deux vieux m'ont fait une terrible révélation : "On partira pas trop tard pour éviter les bouchons à Ulm, Charly ! on rentre chez nous !" Je les fixe de mon oeil noir : "vous voulez m'expatrier ! pas question, je suis un autrechien du Tirol ! je ne bougerais pas d'ici..."

CH (179)

Comme à l'accoutumé, on n'a pas pris en compte mes arguments. J'ai vu disparaître dans le rétroviseur, le beau paysage de mon pays d'adoption, je ne suis plus qu'un daschund déraciné qui a le coeur gros. Les montagnes ont revêtu définitivement leur blanc cache-nez et les derniers rayons de soleil qui lustrent leurs parois, me renvoient de petits clins d'oeil lumineux, peut-être n'est ce qu'un au revoir !

TI (52) - Copie

Mes vieux veulent distraire mon chagrin et chasser la mélancolie qui embue mes yeux, je suis invité à reprendre possession de mon ancien fief. Tout en marchant derrière eux, mon esprit vagabondait en les observant, je ne sais par quelle étrange alchimie leur présence m'est devenue vitale, il suffit que l'un d'entre eux disparaisse un moment pour que soudain je me retrouve en apnée ! Ce lien qui nous emprisonne tous trois est un fardeau bien léger puisque équitablement partagé et il faut dire qu'ils se donnent bien du mal pour me consoler! En levant la tête vers les arbres j'ai réalisé à quel point mon territoire était grand et beau.

062065

005

011Droite

Les patchworks ensoleillés sont à perte de vue. Quelques traits de lumière viennent enflammer un coteau, laissant les autres dans l'ombre, certains encore enrubannés de brume. Sur les plus proches versants, les ceps presque dénudés semblent s'étirer pour garder une apparente dignité. Les milliers de feuilles jaunes qui coiffent encore les sarments, scintillent sous le soleil et à l'appel du vent dans un même élan, s'envolent comme une nuée d'oiseaux. le ciel soudain constellé de paillettes d'or me fait tourner la tête. Je retrouve bien plus loin, tout ce petit monde tanné par le soleil et le voyage, posé à même le chemin. Ce joli tapis cuivré est un agréable rempart au froid qui remonte du sol...

077080

Ce kaléidoscope de couleurs et de sensations, me fait l'âme légère. J'ai même découvert sur mon domaine que je connais si bien, les ruines d'une ancienne chapelle, blottie entre une ferme et l'orée du bois. Le froid qui s'est installé et la luminosité qui balaie en alternance les vignes, bizarrement réveillent le pimpant village que je croyais endormi.

059065087066

Sur les hauteurs, pendant que je contemplais mon domaine, des papillons deux par deux dansaient et virevoltaient en grand parade nuptiale. Les Vulcain sont rustiques. A la moindre douceur, ils sortent chauffer leurs ailes et profitent de l'instant, du temps présent. Moi aussi ! et je songe soudain que je n'ai point manger, c'est une chose importante, vitale, de se sustenter quand on a le coeur affecté...

069079

 

Pendant que mes vieux préparent notre festin, je farfouille ici et là. Le brouillard a déposé de fines perles d'eau sur les végétaux. Le long des brins d'herbe, les gouttelettes sont à la fête, brillantes, d'une parfaite rondeur, elles s'amusent sur les verts toboggans, chacune à la queue leu leu, attendant leur tour.

055021

Quelques aventurières se laissent glisser jusqu'au sol pour disparaître dans d'insondables territoires souterrains,les autres plus festives, préfèrent dégringoler et se démultiplier sur le chapeau d'un champignon. Je me suis amusé à les observer de longues minutes mettant ma truffe en avant au point de les stopper dans leurs élans ! Plus malins, quelques champignons installés sur les hauteurs d'un tronc coupé, se sont payés ma tête, penchant leur chapeau pour me saluer obséquieusement, ils ont déversé un trop plein d'eau... Cette petite douche m'a sorti de ma folâtrerie !

062056

006025 (4)041014 (6)

 

 

 

 

 

 

 

053032

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la gloriette a bien abrité notre repas, aussitôt repu, je suis allé visiter mes sujets qui m'ont reçu avec enthousiasme. Fort de cette balade revigorante, alors qu'il y a peu tout me semblait chaotique et dérisoire, j'ai réalisé, grâce à mes vieux qui ont l'art de me changer les idées, que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Le croiriez-vous ! au moment de me reposer sous les dernières lueurs chaudes du soleil, las que je ne lui prête plus d'attention, mon chagrin s'en est allé se noyer.

 

"Le bonheur c'est du chagrin qui se repose"