"La vie est une douche écossaise et ça dit bien ce que ça veut dire : dés qu'une chose vous fait plaisir, faut qu'il y en ait une qui vous déplaise !"

J'étais tranquille peinard, sur le dos, les quatre fers en l'air contre le radiateur quand soudain, j'ai été pris en otage par deux vieux hurluberlus en train de se faire la belle avec le carrosse de mes potes ! Tapi à l'arrière de la voiture j'ai désespérément essayé de me faire discret. Mon museau frémissant s'est niché contre mon ventre. Ma respiration, centrée sur moi-même, m'a finalement apaisé. Ce petit souffle léger, ponctué de petits bruits que certains malfaisants appellent ronflements, m'a emmené en douceur au pays des rêves ! toute chose a une fin et je me suis fait débarquer sans ménagement d'un voyage onirique, pour me retrouver les pattes collées à l'asphalte. Nous ne faisons plus qu'un, me voilà statufié ! Je lève les yeux vers mes kidnappeurs pour qu'ils prennent conscience de mon état. Mais je prends très vite la mesure de leur détermination à vouloir battre campagne, vaille que vaille. Je ne suis plus qu'un petit être tremblant et fragile entre leurs mains impitoyables. Façon de parler ! Entre leurs mains, même de tortionnaires, j'aurais bien voulu. J'étais plutôt au bout, du bout de la laisse, tenue par deux fous. Et déjà, je ne suis plus que l'ombre de moi-même, c'est rien de le dire !!

 

GENGBACH (11)GENGBACH (14)

 

GENGBACH (15)GENGBACH (19)

J'ai eu beau traîner la patte aux approches d'une ferme, rien n'y a fait. En quémandant quelques secours ou chaleur animale alentour, j'ai perdu toute dignité. Même les moutons m'ont battu froid ! Après un temps qui m'a paru bien long, j'ai fini par accepter l'épreuve qui était la mienne. En approchant des bois, je jetais un coup d'oeil perçant et attentif sur les panneaux perdus au milieu des feuilles mortes. Je n'ai rien compris à ces hiéroglyphes, ce qui m'a rendu encore plus inquiet. Était-ce de mauvais augure ? J'ai repris espoir en apercevant, installé sous un cyprès, un oracle que je décidais de consulter en douce. Mais soudain comme un présage, le vent glacé s'est enroulé autour du saint homme pour s'engouffrer sous mes oreilles, apportant avec lui la réponse prémonitoire que je redoutais "vous qui entrez ici abandonnez tout espoir !". La peur m'a saisi et toute honte bue, j'ai gratté la jambe de mon ravisseur, le priant de me sauver ! Pris de remords, il m'a installé sur le banc pour me rassurer. Instinctivement, j'ai su que c'était auprès de lui que mes chances de survie seraient les plus grandes. Je lui ai léché la main, plein de reconnaissance et il m'a servi une tambouille goulûment avalé. Me voilà déjà à fraterniser avec l'ennemi : sans doute le syndrome de stockholm ! En y regardant de plus prés, je lui ai trouvé une mine avenante presque familière. On ne peut pas en dire autant de sa comparse!

GENGBACH (20)GENGBACH (24)GENGBACH (25)GENGBACH (76)

 

GENGBACH (31)GENGBACH (22)

 

 

GENGBACH (34)GENGBACH (46)

Je suis finalement devenu le chien soumis et fidèle de ce grand gaillard un peu voûté. Malgré notre fuite en avant, il m'a délivré de mon joug, pour que je puisse enfin aller où bon me semble. Mais c'est bien beau tout ça ! La seule chose dont j'ai envie, c'est d'être à côté de mon radiateur qui chauffe mes vieux os sans jamais ménager sa peine. J'ai senti dans mon dos une présence. Sa complice a longuement posé ses yeux sur moi avec insistance. Je reste sur mes gardes, scrutant sa petite tête chafouine en me demandant ce qui pourrait bien en sortir. Elle voulait que je pose pour la photo, une véritable obsession ! Pour cela, elle m'a fait essayé tous les bancs environnants. Cet étrange comportement a un temps parasité ma réflexion. Après ce petit moment de flottement, j'ai compris le pourquoi de cette mise en scène. C'est pour prouver à mes maîtres que je suis encore en vie et obtenir une rançon. A moins qu'ils ne veuillent , mais je n'ose y songer, me vendre pour dieu sait quel odieux trafic !! Je me sens un peu vaseux, il y a comme un grand brouillard dans ma tête, peut-être à cause des excès pendant les fêtes, je ne vais pas tarder à me réveiller...Je suis en plein cauchemar !!                     

GENGBACH (42)GENGBACH (48)

Faut vous dire que la période des fêtes avec les deux pattes, à force d'être attablé, avait fini par me donner un certain embonpoint ! N'ayant plus la force de traîner mon ventre que je trouve encombrant, uniquement pendant la marche, j'ai choisi de le porter à l'envers. Allongé sur mon dos, ce qui le protège, je me soulage dans le même temps d'un lourd fardeau. Ma bedaine fièrement levée vers le ciel, prés de mon "chauffeur" personnel, je peux me tordre comme un vermisseau, m'étirer voluptueusement et m'endormir heureux d'avoir trouvé pour mes vieux jours un havre de paix. Sensation vite écourtée par quelques fusées et autres artifices, la belle rouge, la belle jaune, bing, bang, boum, très peu pour moi !! Manque de chance, pas de pluies diluviennes pour stopper ce déluge de feu ! Pour être honnête, j'ai eu le soutien d'une pilule ou deux, voire trois, j'sais plus ! Ce qui m'a permis de passer sans encombre le deuxième épisode des festivités. Peut-être en reste t-il encore quelques traces hallucinatoires...

GENGBACH (52)GENGBACH (54)

 

GENGBACH (56)GENGBACH (58)

Mes deux ravisseurs, sont toujours là et moi au milieu ! Je suis bel et bien dans le monde réél. Nous parvenons finalement au sommet de cette maudite colline. Le vent givré me fouette l'arrière train, du coup je presse le pas. Je tente de me situer de ce paysage brumeux où il n'y a pas âme qui vive. On se croirait sur un petit îlot flottant sur les nuages ce qui me laisse peu d'espoir d'évasion. Aussitôt mes vieux réflexes reprennent le dessus, je pars en repérage, laissant mes cerbères réfléchir devant une carte. En faisant le tour de la petite chapelle si accueillante, j'aperçois, regroupés prés de la porte, des cailloux et autres objets en remerciements pour voeux exaucés. A ce moment là, j'ai pensé à mon sweet home et mon radiateur puis forcément à mes chers maîtres ! Vous n'allez peut-être pas me croire, mais la porte de cette petite église s'est ouverte pour céder le passage à mes deux vieux !!! Tout à ma joie de ce miracle, j'ai passé l'éponge sur les réflexions médisantes de ma vieille, faisant état de ma sénilité précoce. Je leur ai fait une fête endiablée. Heureux de ces retrouvailles, je n'ai pas cherché à comprendre la soudaine et mystérieuse disparition des deux voleurs qui m'avaient mené jusqu'ici.

GENGBACH (71)GENGBACH (75)

 

GENGBACH (78)GENGBACH (99)

GENGBACH (92)GENGBACH (74)

En descendant l'autre côté de la colline alors que je fermais la marche, je n'ai pu m'empêcher de jeter quelques regards furtifs derrière moi, histoire de m'assurer que nous n'étions pas suivi ! Au fur et à mesure de notre progression, le brouillard se prosterne devant nous un peu lèche-botte et lentement glisse vers la ville. Petit à petit, il dévoile et met à nu, le paysage, les clochers et se fait rassurant. Le froid m'avait, tout ce temps, retenu captif et anesthésié l'esprit. Maintenant que mon coeur se réchauffe lentement rien qu'à contempler mes compagnons, j'en viens à m'interroger sur l'étrange ressemblance qu'il y a avec mes kidnappeurs disparus ! Tellement frappante, qu'en heurtant deux étranges ivrognes n'ayant même plus la peau sur les os, la vérité toute nue m'est apparue. Tout cela n'était que délire, pure invention, je me suis fait un film tout seul ! Depuis le début il s'agissait de mes potes qui ont eu une furieuse envie de prendre la clé des champs...

GENGBACH (96)

GENGBACH (93)GENGBACH (84)

 

GENGBACH (88)GENGBACH (90)

Sur le chemin de croix, pour le moins original, j'ai enfin retrouvé toute ma tête. Arrivés en ville, j'ai de suite remis les pendules à l'heure et j'ai eu la dent dure ! Ils ont compris qu'un teckel de 70 printemps, ne doit pas inconsidérément être "jeté" dehors pendant les grands froids soi-disant pour prendre l'air. Je fais déjà suffisamment d'efforts pour descendre faire pipi en bas de chez moi ! J'exige le respect et la considération qu'on doit aux anciens. J'ai repris tout doucement du poil de la bête et la direction des opérations et comme de bien entendu, on a pris au plus court en traversant un joli jardin de curé. La brume revenait en force et mes bougonnements aussi. En arrivant centre ville, quel bonheur de découvrir bon nombre de chalets toujours en place, nous faire un appel du pied. La bruine qui s'est très vite invitée a rendu le pavé luisant. Frigorifiés, nous avons tous trois cédés à la tentation de déguster, debout sous un bel auvent bleu, les plus délicieuses saucisses chaudes accompagnées d'une compotée d'oignons.... Né chien, certes ! Mais pas chien, dans mon infini bonté, je leur ai pardonné même ce dont ils n'étaient pas coupables...Tout compte fait cette balade n'était pas inintéressante et mérite qu'on remette le couvert... Aux beaux jours, cela va sans dire !

GENGBACH (101)GENGBACH (106)

 

GENGBACH (109)GENGENBACH SASBACHWALDEN (182)

L'espèce de bonheur qu'il me faut, ce n'est pas tant de faire ce que je veux que de ne pas faire ce que je ne veux pas.  

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer