"L'avenir est la seule chose qui m'interesse car je compte bien y passer les prochaines années"

 

Une nouvelle journée torride s'annonce ! Dans l'espoir de trouver ailleurs quelques fraîcheurs, une virée s'impose. Nous avons finalement fait halte dans un village typique, mes vieux se sont équipés de bâtons et sac à dos, ce qui m'a laissé perplexe. Mais, très vite de délicieuses odeurs d'oignons frits, de crème fraîche et autres fumets m'ont tenu éloigné des excentricités de mes partenaires. Pas besoin de pictogramme ici ! ni d'enseignes pour savoir où se régaler, suivez le guide !

003005

004007008

J'ai beau faire, personne ne m'écoute, ni me suit ! Ils ont franchi la porte du village dont je souhaitais explorer tous les recoins et au fur et à mesure de notre avancée hors de son enceinte, mon espoir de nourriture terrestre généreusement mitonnée, s'amenuisait. Une petite route pentue nous a mené au pied d'un vignoble,là,surplombant le village, une ancienne chapelle nous souhaite la bienvenue. J'en suis fort aise, car je sais qu'à l'ouverture de la lourde porte, un coulis frais et bienfaiteur viendra m'envelopper un court instant, opportunité que je saisis avec contentement. Le havre se referme engloutissant à tour de rôle mes compagnons, l'un et l'autre se dévouant pour me tenir compagnie et compenser ainsi la discrimination dont je fais l'objet : je ne sais pourquoi je suis persona non grata en ces lieux !

013016

024023

La sensation confuse que nous n'étions pas au bout de nos peines s'est vue confirmée, lorsque nous avons fait le tour de cet édifice. J'ai d'abord contemplé avec envie et regret le village de Dambach, presque endormi sous un soleil de plomb, puis nous nous sommes trouvés nez à nez devant ce que je pensais être un trésor. En y regardant de plus prés, tout en écoutant d'une oreille distraite le commentaire de mon pote, j'ai compris la menace à peine voilée ! Si nous persistons à rester dans le coin, nous ne ferons pas de vieux os...

026

j'ai craint le pire, c'est donc ventre à terre que j'ai tracé la route vers le petit bois tout proche. Nous n'avions plus d'autres alternatives, il fallait avancer et s'éloigner au plus vite du village. Le sort a pris un malin plaisir à s'acharner contre nous, car les sentiers, qu'ils soient marqués d'un rectangle rouge, d'un croix bleue ou d'un triangle jaune n'étaient que grimpettes !! Nous avons croisé et dépassé une horde bruyante d'une trentaine de personnes fuyant elles aussi la terrible menace...

030032

 

033034

Aprés plus d'une heure de marche, nous avons enfin fait une pause prés d'un château en piteux état. Pendant que notre vieille prenait quelques photos, mon pote et moi sommes restés assis sur un muret en pleine réflexion quand à la conduite à tenir ! Sans toiture pour nous abriter des ardents rayons du soleil, il était imprudent, malgré la faim qui me tenaillait, de nous restaurer en ces lieux ! C'est donc à nouveau contraints et forcés que nous avons repris la route...

042

Soudain, alors que l'on désespérait, un banc et une table bien ombragés s'offrent à nous. Ce cadeau inespéré et les victuailles contenues dans le sac de mon compère, nous ont redonné du coeur à l'ouvrage...pour profiter enfin de cette pause bien méritée. On se la coulait douce, d'autant plus que la vieille s'était momentanément absentée. J'étais repu, enfin optimiste, sûr que mon seigneur et maître, trouverait le moyen le plus court et le plus rapide pour regagner sain et sauf notre véhicule. Mais ça c'était sans compter les élucubrations de ma vieille revenue toute guillerette pour nous annoncer qu'un autre château était tout proche et qu'il serait dommage de passer à côté ! Dans le même temps, une catastrophe suivant l'autre, la horde sauvage faisait son comme back. Celui sur qui je comptais le plus, ermite dans l'âme, a pris ses cliques et ses claques, je l'ai suivi au pas de charge et comme de bien entendu qui a eu finalement gain de cause, encore et toujours : la vieille !! D'un autre côté, je me devais de ne pas perdre de vue le porteur de ma "petite studette" au cas ou je baisserai pavillon...

 

049059

Après avoir mitraillé les environs, elle m'a pris dans ses bras pour me faire voir les environs en toute sérénité sans blesser mon dos dans les escaliers. J'étais tremblant car sujet au vertige et malgré ça elle me saoulait de paroles en suivant le chemin de rondes. Je n'ai retenu que deux choses qui m'ont mis hors de moi !

063057077              Elle avait repéré au travers d'une meurtrière, un autre "joli" château !! Je ne comprends pas cette passion pour les ruines, quoique j'en côtoie deux toute l'année avec abnégation, tout de même n'abusons pas des bonnes choses ! Pour m'achever, elle me montre, en bas, au loin, très loin, notre village et parking...

079080

Sous une chaleur écrasante, nous avons repris le chemin du retour, quittant les châteaux du Ramstein et de l'Ortenbourg, pour ma part sans regret. Après quelques interminables minutes, j'ai compris que la meilleure partie du trajet était derrière nous, en bas, le long des vignes commençait mon tourment : j'ai peur d'y laisser mes os. Au calvaire, je me suis désaltéré, pour résister au mieux à la déshydratation, ma chef a vidé le reste de flotte dans ma gamelle, sur ma tête pour me rafraîchir. J'avais trop enduré, me faire décoiffer et chiffonner comme ça, m'a poussé aux représailles !

086085

J'ai agrippé sa jambe de mes deux pattes et consciencieusement j'ai frotté ma gueule mouillée contre son pantalon en alternant mes deux profils. Le poil enfin lissé dans le bon sens et ma bouille au sec, je lui ai rendu son bas de pantalon tout trempé ! Croyant m'être vengé de belle façon, j'ai réalisé qu'ils se payaient ma tête, alors j'ai exigé sur le champ de regagner mon appartement pour y bouder. J'ai mis le nez dehors en l'entendant souffler et souffrir, ce petit bruit régulier m'a bercé pendant qu'elle entamait son chemin de croix !!

9z3KELX027097090095

 

 

"Quand on est intelligent il est plus facile de faire l'imbécile que l'inverse"