« En somme, les voyages, ça sert surtout à embêter les autres une fois qu'on en est revenu !... »

Peut-être ! mais je n'avais en tête que le partage de douceurs. Je suis revenu depuis bien longtemps et de mon petit panier douillet où vous me voyez si bien installé, j'ai revécu, semaine après semaine, mes vacances de Juin ! Je les ai retouchées en donnant ma version des faits, la seule, la vraie ! Soyez assurés que je n'ai rien enjolivé, si vous êtes tentés de suivre mes traces, vous verrez que c'est encore plus beau en réalité. Ces doux souvenirs, engrangés et partagés avec vous, m'ont permis de survivre à la canicule pendant laquelle j'ai non pas hiverné comme les marmottes, mais estivé, voire esquivé la saison dite "belle". Je me réveille à l'automne de ma vie, pour profiter à nouveau des plaisirs et non des moindres : froidure, neige, humus, parfum et couleurs,cadeaux, Noël ! Aux souvenirs, il faut toujours rajouter l'espérance et hop, 2016 ! dans cinq mois j'y retourne....et je ne vous oublierais pas !

CH (284)CH (451)

Lorsque ma mémoire s'estompe ou s'égare, le sommeil me prend dans ses bras pour me faire son cinéma et voilà, je m'disperse, je m'déroute. Je vais me balader à nouveau avec vous dans mon univers plus enraciné et routinier, mais non dénué d'attraits, mais avant, je souhaite que nous quittions ensemble et surtout en douceur, le tirol qui a fait nos beaux jours. Certes, je ne suis pas loin de penser que je devrais oublier cette dernière étape toutefois, j'hésite encore...

 

P1290940P1290971

P1290890P1290949

Le temps n'est pas à la fête aujourd'hui, un peu bougon dirait-on, nous sommes presque seuls sur la zillertal hohestrasse, quelques belles et anciennes voitures sont de sortie et amènent à l'esprit de mon pote des souvenirs de jeunesse bien agréables ! Ce matin, en quittant mon Schönblick, j'ai eu un pincement au coeur une sorte d'appréhension...Pour commencer, ils m'ont fait rentrer dans la voiture par la portière arrière et non pas, par le coffre, ensuite nous avons dû trouver un autre point de passage car notre route était coupée par les bûcherons en plein travail, heureusement il nous restait encore d'autres voies d'accés à cette belle route que nous n'avions pas fini d'explorer. Puis pour finir en regardant par la vitre arrière, je me suis aperçu que la brume retombait derrière nous effaçant nos traces, nous laissant dans l'impossibilité de revenir sur nos pas, funeste présage !

P1290891P1290990

Chaque fois que la route nous en a laissé l'opportunité, on s'arrêtait pour contempler le paysage. Dans la vallée régne encore un flou artistique. Les ondulations de brume se déploient avec malice autour des montagnes obligeant les sapins à tendre leur cimes vers la lumière et se presser d'atteindre les sommets.Ils sont si gaillards qu'on croirait voir leurs silhouettes fantomatiques traverser la route pour échapper à quelques sortilèges. Le décor a bien grise mine ce matin. Mais une fois arrivés sur les hauteurs, de belles éclaircies nous promettent de lever ce voile d'ombrage avec l'aide du temps qui mettra tout en lumière, du même coup mon étrange vague à l'âme se dissipe. Je fais une pause pour contempler le repli du brouillard. Les couleurs du temps sont infinies, tranchées ou nuancées mais sans pareil pour nous exalter. Les beautés de dame nature me mettent en appétit et je ne suis pas contre quelques nourritures terrestres. Apparemment je ne suis pas le seul ! mon pote a repris le volant, une première maisonnette en vue attire mon attention, elle ne semble pourtant pas disposée à nous accueillir, mais avant que la frustration me gagne, j'aperçois sous un rayon de soleil, un chalet ô combien séduisant avec une magnifique terrasse, qui dit terrasse dit bonne chère!

P1300493P1300607

 P1300589P1300617

Mise en scène : pour toile de fond, un paysage à se damner, la meilleure table juste pour nous, le silence pour contempler, assis sur mon banc, l'imposant chalet duquel, je le sais, on verra apparaître une magicienne nous apportant des gourmandises !! Au-dessus du restaurant, j'aperçois une petite chapelle protectrice qui confirme mon intuition. En baissant la tête je capte, subjugué, un jupon rose orné d'un tablier de volants blancs, un sourire auréolé d'un parfum vanillée qui s'avance vers nous alors j'entre en transe....

P1300618P1300620

P1300623P1300624

Derrière mon dos, une marmotte supervise l'ordonnance de ce repas qu'il est hors de question que je partage avec elle. C'est le seul bémol à ce tableau enchanteur. Je lui fait comprendre très clairement qu'elle pourrait devenir mon trophée si elle continue à avoir des exigences gastronomiques, elle s'est de suite mise au garde-à-vous !!

P1300626P1300630

Enfin rassasié, je me détends allongé sur mon banc, pendant que mon pote s'en va en exploration. Il revient nous montrer sa trouvaille, un CD de musique folklorique de la Zillertal. Le groupe s'appelle Zellberg Buam, les trois frères jouent un peu partout au tirol et aussi quelque part aux États unis et en Chine.... Le monde est petit, car soudain apparait le leader du groupe qui vient très gentiment nous dédicacer notre disque alors que nous étions en train de déguster un succulent Kaiserschmarren dans... sa belle auberge, perchée à 1840 mètres ! Nous avons repris la route, le brouillard semblait reprendre la main et avalait silencieusement la route, plus loin en amont.

P1300633img022 - Copie

P1300646

Nous avons fait une dernière pause, avant que la vapeur blanche ne recouvre le paysage complètement. Pendant que je gambadais, heureux et rempli d'optimisme pour les jours à venir, j'ai aperçu mon vieux, solitaire le regard lointain embrasant toute cette belle vallée. En cherchant du regard ma vieille, je l'aperçois qui farfouille dans le coffre ce qui attire mon attention, je m'approche pour y découvrir ...nos valises !

P1290958P1300648

On s'est engouffré tous les trois dans la voiture, mon panier me semblait le seul refuge restant, il faisait froid soudain. Chacun dans sa tête, se fait un diaporama des vacances, pour ne pas laisser la tristesse mettre un point final à notre album photos, mon pote nous propose sa nouvelle acquisition de musique tyrolienne comme bande son ! Le moteur ronronne, ma vieille a claqué la portière, on démarre et me voilà déjà nostalgique...

P1300644P1290894

 

 

 "J'ai reconnu le bonheur au bruit qu'il a fait en fermant la porte"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enregistrer