"On voyage pour changer, non de lieu, mais d'idées"

 

Je pars le matin avec mon pote et une fois le pont franchi, c'est déjà l'aventure !  je n'ai pas le droit de m'y arrêter pour faire mes "besoins" il me botterait les fesses, sur ce point là pas question de transiger avec lui. L'après-midi, j'y retourne avec ma vieille cette fois, pour la même raison,  mais là je prends mon air catastrophé, oups désolé ! et elle se débrouille avec son petit sac noir. Il faut se rendre à l'évidence nécessité fait loi ! Une fois dégagé de mes obligations j'ai l'esprit plus libre pour inspecter mon nouveau territoire.

E (10)

E (18)

E (19)

Il flotte dans l'air du temps le parfum et le goût des plaisirs, chaque matin et chaque après midi j'en suis le témoin étonné et heureux ! je vous raconte souvent mes balades un peu plus "pro" et j'oublie de vous raconter les petits moments délicieux et routiniers tout près de mon chez moi que je déguste deux fois par jour. Lorsqu'on longe la rivière qui a elle seule fait le spectacle, j'ai toujours peur que ma patronne souvent en pleine rêvasserie, se mette soudain à embarquer pour je ne sais quelle destination! je n'ai pas le pied marin et préfère de loin le plancher des vaches...

E (123)

E (155)

E (167)

 

 

006

008E (118)

 

Pour tout dire, je navigue à vue dans ce monde qui m'est étranger dont je ne connais pas les us et coutumes. Sur les flots à peine ridés dans la quiétude du printemps tout est calme, reposé. l'odeur du chèvrefeuille, du lilas ou peut-être celui du seringuat plus accrocheur, semble déclencher une effervescence chez la gent masculine palmipède ! Il ne fait pas bon remuer des plumes arrières ou piquer une tête : tous ces messieurs de barbarie, en colvert ou mandarin nous font le remake de jésus marchant sur l'eau, c'est à celui qui fera le plus d'esbroufe.  Le pêcheur ronchonne, le rat musqué et les cygnes s'interrogent sur les raisons d'un tel ramdam. C'est un chassé-croisé de canards, enfin il me semble ! Les femelles cancanent, caquettent et s'enfuient, les mâles se cambrent plumage gonflé et vont atterrir sur le dos de celles qui ne sont pas assez rapides et leur clouent le bec en leur mettant la tête sous l'eau....  puis le calme s'étend à nouveau sur l'eau, tout ce petit monde se sépare, les bling-bling emplumés s'ébrouent avec fatuité, fiers d'avoir accompli leur devoir, les "brondes" emplumées reprennent leur respiration, ajustent leurs parures bleues et blanches et reprennent leur conversation si abruptement interrompue. C'est l'amour vache !!

 

001013

012

 

019

 

E (3)

Ma patronne vous dira qu'elle vous a épargné des images trop hards...mais je crois seulement qu'elle aussi n'était pas assez rapide pour saisir toute la scène !

003 (2)

 

004

Les jours s'écoulent ainsi, entre chaud et froid, ce sont toujours les mêmes saynètes qui se jouent et se rejouent ici sans que j'en comprenne toujours le sens. Poursuivant mon chemin je n'ai pas manqué de saluer mon ami Boudu chien nu du Pérou, sauvé des eaux par ses nouveaux maîtres. Lui aussi fait partie intégrante de l'histoire de cette rivière dont les berges et le feuillage protecteur ont retenu le sac plastique où il était emprisonné ! Aujourd'hui pendant ma ronde habituelle j'ai perçu une accalmie : c'est la trêve pascale ! m'a dit ma maîtresse. Le silence a fait un bout de chemin avec nous, quelques ronds dans l'eau ont distrait mon attention, les odeurs exacerbés par la fine pluie sont venus m'envelopper et jouer sous ma truffe. J'ai aperçu ici et là quelques promeneurs plus ou moins familiers, comme si chacun d'entre eux étaient à la recherche de sa chacune ! la pluie n'arrête pas le pèlerin !

E (132)

017

027

029

041032

038E (8)

010

039

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est temps de rentrer, un dernier regard sur mon secteur du haut du pont, l'orage gronde au loin, je me dépêche de regagner mon antre de teckel solitaire mais optimiste qui ne désespère pas trouver un jour l'élue de son coeur ! quoique !! certaines questions drôlement sérieuses restent en suspens à ce propos : est-il nécessaire qu'elle s'installe chez moi ? De plus il me faut faire face à mes responsabilités car j'ai charge d'âmes...j'ai l'esprit d'équipe et le sens du sacrifice moi !!  en bref, je suis soutien de famille...

 

"La question ne se pose pas. Elle en est absolument incapable : il y a trop de vent"