"A vous qui venez me voir des quatre coins du vaste monde, que vous passiez par hasard ou pour le plaisir de ma compagnie, je vous souhaite autant de bonheur et de plaisir, que ceux que je goûte chaque jour, dans ma vie de chien. Mes ami(e)s, grâce à vous, je ne suis plus un promeneur solitaire, grâce à moi, vous avez voyagé au paradis, c'est un bel échange que j'espère renouveler en 2018. Je vous souhaite du haut de mes quatre pattes une belle et heureuse année, portez vous bien ! "

010007

 

001031027

Ce n'est qu'un éternel recommencement certes ! Encore qu'éternel me semble prématuré et c'est pourquoi, à grand renfort d'encouragement, j'ai souhaité que cette nouvelle page de ma vie soit pour vous une promenade de santé, indispensable pour entamer l'année 2018 ! Pour ma part, j'ai navigué à vue depuis quelques mois, tout n'était que changement autour de moi. Mes rituels, qui rendaient belle, chacune de mes journées, rétrécissaient comme une peau de chagrin et je me sentais presque devenir vieux. Serait-ce une maladie contagieuse ? Comme vous le savez, la vieille en est atteinte et ne prend pas le chemin de la guérison...Chaque fois que je lui insuffle quelques idées ou que je la harcèle pour que les vieux souvenirs de nos balades refassent surface, les mots se mettent pêle-mêle dans sa tête. Quand je les vois enfin s'échapper comme une nuée de moineaux pour se ranger en ligne prêts à partir, je m'estime heureux et fier d'avoir accompli mon devoir et peux enfin me coucher aux pieds de mon biographe pour dormir du sommeil du juste. Mon œil, sur le point de se mettre à l'ombre, entrevoit soudain mon histoire à peine esquissée se défaire comme la toile de Pénélope. Les phrases se disloquent, ne reste que des mots orphelins qui s'évanouissent en laissant à nouveau la page blanche. Le rideau tombe sur l'acteur que je ne suis plus, il me faut à nouveau travailler, inspirer à en perdre le souffle et finalement les doigts de ma vieille se sont remis à courir sur le clavier. Elle a confié le fruit de notre travail à Vista. Je le jalouse depuis un long moment déjà, il vit dans la grande tour noire et ronflante sous le bureau. Je le soupçonne de vouloir me voler la vedette, mais croyez moi, je l'ai à l’œil ! Le sort s'est encore joué de nous. La maudite machine, ayant probablement entendu quelques rumeurs concernant sa probable mise à pied, a pris les devants et refuse tout simplement de nous rendre nos écrits. Les bras de fer ne durent jamais longtemps... A chacun sa façon de gérer les conflits : j'suis reparti me coucher et Vista a généreusement octroyé à ma pôve vieille, un seul droit d’accès aux jeux de cartes et puzzles !!

011051

022049066

Pendant ce temps, mon pote se sclérose car le temps pluvieux nous empêche de partir en balade à Durbach. Pour pallier à cette frustration, il lui reste notre sortie du matin. Elle s'apparente plus à une marche sportive, qu'il tente de renouveler en fin d’après-midi en lieu et place de la patronne qui s'en va à la gym. Elle espère que cette oxygénation par l'effort lui montera jusqu'au cerveau, son objectif étant de se renflouer en neurones dont elle a grand besoin. Dans cette affaire, je vous le donne en mille, qui est ce qui trinque ? MOI ! Normalement, dés l'aube, je pars accompagner mon maître parce que je n'ai pas le choix. Quelque fois je rêve d'être chat et d'avoir ma litière à domicile. Quel bonheur ce doit être, de se recoucher dans la foulée après un pipi vite fait, sans mettre le nez dehors ! Dans l'ascenseur, j'observe mon pote qui me sourit et finalement je me sens heureux de partager ce moment avec lui. Sitôt dehors, le froid me mord et l'humidité me gagne, je frissonne, ma queue retombe vers le sol comme pour jeter l'ancre sous le porche de mon immeuble. Le ciel est sans pitié. Et c'est ainsi que lui sous son parapluie et moi sous un rideau de pluie, nous marchons d'un bon pas.

033075

030016

038

 Ma nature optimiste, m'incite à croire jusqu'au bout que ma sortie de l’après-midi se fera en compagnie de la vieille ! Car, dans ce cas, c’est moi qui donne la cadence. Quand l'heure sonne, je tournoie comme une mouche autour de ma maîtresse, jusqu'à l'agacer pour qu'elle me sorte au plus vite, histoire de brûler la politesse à mon pote ! J’aime à mener cette virée tambour battant, je tiens ma vieille au bout de la laisse et l'oblige à se presser, souvent même à prendre le pas de course quand mon chez moi m'appelle. Dés que je me gèle les pattes et l'arrière-train, l’inquiétude prend aussitôt le relais. Je me sens fondre à force de puiser dans mes réserves de calories patiemment accumulé. Encore du boulot en perspective, il va falloir me remettre en mode boulimique, d'autant plus que mes maîtres ont changé mes amuse-gueules sur les conseils "avisés" de "leur" véto. Il m'a classé "senior" maintenant, j'vous d'mande un peu de quoi qu'y s'mèle ! Ma bouffe est beaucoup plus protéinée, j'suis pas fan, ça me gonfle...Par contre ce genre de "visite médicale" dégonfle toujours le portefeuille de la vieille, tant pis pour elle ! On m'aurait demandé mon avis....

056036

043072063

 Il y a du nouveau ! Mon pote quitte son bureau et sollicite ma présence, j'hésite ! A t-il opté pour un tea time, auquel cas y'a urgence, on m'attend en cuisine...Le voilà, qui s'arrête pour une brève causerie avec la patronne, bizarre ! D'ordinaire on ne l'invite pas, y'a pas assez de gâteaux pour trois...J'attends avant de le suivre et je reste à l'écoute: une porte du placard s'ouvre, les clés s'entrechoquent, mon sang ne fait qu'un tour. Je me glisse en vitesse sous le bureau de ma maîtresse et me couche prés de la grosse tour noire qui ronronne. Elle fut autrefois la meilleure amie de ma vieille, mais de nombreux différends ont depuis peu détérioré leur relation. Mon scribe qui manque à ses devoirs, lui crache entre ses dents, des mots dépourvus d’affection "saleté de truc" "matos de..." pour finir bien souvent par l'abandonner à sa médiocrité et moi à mon coach sportif. Puis, elle s'en va "déverser" sa colère à la salle de gym en ramant, ce qui ne la change guère !! Encore que, elle rame au sec et moi je prends l’eau, la vie est mal faite !! Mon entraîneur furète ici et là pour finalement me déloger de ma cachette, pendant que la "feignasse" ronronne de plus belle à l'idée de profiter enfin seule de mon sweet home que nous avons déserté. Devant l'entrée de mon immeuble, sans aucune impatience, la pluie m'attend et me saoule de sa rengaine. Elle entraîne dans son sillage tous les messages d'encouragement déposés par mes congénères, pour cette nouvelle année. Je ne suis pas né de la dernière pluie, hors de question de me faire avoir à chaque fois ! La méfiance me fait raser les murs et je ne m'aventure vaillamment à découvert que lorsque je suis convaincu que mon ennuyeuse compagne s'en est allée pleurnicher sous d'autres cieux. Mais bien souvent, lorsque nous sommes à mi-chemin, la traîtresse nous prend en embuscade ! D’abord le déluge qui nous trempe comme une soupe et pour finir le crachin qui me rebat les oreilles et me tanne le cuir... Je me soumets aux lois de dame nature, ai-je le choix ? Mais je reste invaincu, seuls mes os et mon ventre qui gargouille se plaignent sous l'averse. Moi, esprit libre et rebelle je revis ma dernière balade, mes pattes foulent le moelleux d'un tapis de feuilles aux couleurs d'automne sous un beau temps de chien ! Tombe la pluie, grand bien te fasse, je suis à l'abri au creux de mon rêve et te laisse à ton triste sort, celui de n'être aimé de personne....

Grande061070

 

089091

113

 Les jours passent et "rapassent" sans que rien de notable ne viennent troubler mes journées embrumées, sauf peut-être quelques relents qui envahissent les pièces où je me rends, au point que la patronne me regarde d'un drôle d’œil et fronce le nez qu'elle a fort gros ! Pourquoi est ce toujours moi qu'on regarde de travers quand quelque chose cloche ?! J'avais déjà perçu ces odeurs animales, au point de me demander si mes vieux n'avaient pas décidé de m'offrir un compagnon de jeu exotique, genre rat musqué ou autres...J'me tape déjà l'exaspérante compagnie de Vista la capricieuse avec qui nous devons composer, je voudrais au moins pouvoir choisir le prochain enquiquineur. Je suis pour les plaisirs solitaires, ma compagnie est sans conteste, celle dont je suis le plus friand !! Mais, revenons à nos moutons ! J'ai donc décidé de mener l'enquête sur le terrain, ce qui me sera somme toute une bonne distraction. Ben mes amis, j'ai eu le nez creux, il y a bien une bête qui se planque chez nous. J’entends ses petits cris plaintifs, elle couine et grogne, je la sens toute proche de moi. J'ai même fait un petit tour dans la réserve, parce que c'est là qu'on stocke mes croquettes et je sais par expérience, qu'un animal peut-être roublard et bouffer à tous les râteliers...La vieille s'est aperçu de mon incursion dans les lieux et m'a sermonné, soit disant que je pense qu'à m'empiffrer. Je sais bien ouvrir les portes, un coup de museau et hop ! Mais les fermer, ça j'sais pas faire, elles restent grandes ouvertes et c'est ce qui me trahit. Rien, pas même les reproches, ne pourra me distraire de mon objectif : mettre un point final à cette étrange affaire. Les critiques reprennent : arrêtes de brasser zigouioui ! tu m'agaces à ne pas tenir en place, qu'est ce que tu nous mijotes encore ? Je ne chasse que du petit gibier, du nuisible quoi ! Mais pas question de me frotter à plus gros que moi, à cette seule pensée, j'en ai la chair de poule et me voilà tremblant. Je rêve ou quoi ? Suis-je le seul à entendre ces bruits sourds devenus menaçants qui montent crescendo ? Je vous avoue, tout à fait entre nous, que la peur me noue l'estomac au point que je passe des genoux de mon maître à ceux de ma maîtresse sans trouver d'apaisement !! Finalement, je me suis mis dans un coin, la tête contre le mur, en attendant que le danger passe son chemin. Mes vieux ont cru, dans un premier temps que je boudais. Ensuite ils m’ont interrogé, palpé sous toutes les coutures et comme à chaque fois que je refuse d'expliquer les raisons de mon comportement qualifié d'étrange, ils m'ont emmené voir le véto. La voiture résonnait de mes gémissements et des feulements de la bête qui bien au chaud avait trouvé refuge.... dans mon ventre !!

099116

114086

Je n'ai guère apprécié la piqûre, encore moins cette horrible emplâtre qui tapisse mon système digestif, mais je dois reconnaître qu'à l'heure où je vous cause, le squatter s'en est allé. J'avais un peu trop vite admis avec tristesse que 2018 serait une année horribilis, mais la chance semble à nouveau me sourire. La patronne me couve de son regard avec une tendresse qui lui faisait défaut ces derniers temps et je l'emmène à nouveau en courte promenade l’après-midi. Mon pote a fait de ma sortie matinale, une flânerie où je peux à loisir tailler la bavette avec des collègues, notamment un malinois hargneux, que j'aime beaucoup et qui me le rend bien ! Ma petite vie bien réglée a repris son cours normal. Mes soucis se sont envolés, ils ne venaient pas d'un coup de froid ou d'une fatigue passagère mais tout simplement du changement de croquettes. L’alimentation "senior" tout à fait inapproprié pour moi, me restait sur l'estomac !! Un bonheur ne vient jamais seul, je suis à nouveau entré dans la fleur de l’âge et j’ai récupéré mes anciens amuse-gueules qui me donne un surplus de graisse abdominale. Je ne vais pas cracher dans la soupe..."cette bouée de sauvetage" me sera bien utile si le déluge s’abat à nouveau sur moi. La patronne a repris les pourparlers avec vista et tente de négocier la restitution de toutes ses photos et autres documents. J'ai bon espoir qu'elle réussisse et cesse de nous jouer la vieille au bois dormant...Je n’ai plus qu’une chose à vous dire : Hasta la vista !!

117

"Au commencement Dieu créa l'homme et la femme. Mais voyant leur faiblesse, il leur donna le chien."