"Je parle beaucoup au hasard ; c'est mon plus cher confident"

 

La chose étant entendu, nous reprenons nos bonnes vieilles habitudes de balades. Après avoir laissé la voiture au parking de Ribeauvillé, nous traversons une partie de la ville assez rapidement, dommage ! J'aime ces villes typiques avec une gastronomie digne de ce nom, je sens mille et une effluves qui m'affolent et dont j'imagine sans peine la vision... Pourtant il n'est pas l'heure de traîner, je perçois chez mon pote une légère tension, à mon avis mieux vaut filer droit. Armé de deux bouts de papier, modèle vintage du GPS, il ronchonne, la faute à qui ? allez savoir ! La question ne se pose plus : ma vieille a "subtilement" apporté son grain de sel, il s'ensuit alors un bref échange de mauvaise humeur. Puis le GPS, objet du litige, change de mains ! N'ayant pas droit à la parole, je ne peux émettre des réserves, notez tout de même que ce plan ne me parait pas judicieux.

N (2)N (4)

Nous avons alors entamé et pour cause, notre balade dans un silence religieux comme il se doit pour mieux apprécier la nature et tous ses bienfaits : le chant des oiseaux, la détente, le... Catastrophe !! on est paumé...deuxième station, deuxième échange tendu et brève montée en décibels. Dans mon coin, en attendant que l'orage passe, j'ecoute les oiseaux fredonner des airs libertaires bien tentants. Alors que j'étais en pleine réflexion, sur le point de prendre une décision drastique, le GPS a fini par les amadouer et les remettre dans le bon chemin. Renonçant provisoirement à faire sédition, j'ai emboîté le pas à mes "deux moroses". L'itinéraire papier quand à lui est revenu à son premier déchiffreur ou défricheur !

N (8)N (11)

Je me demande si tous les patrons de teckels sont comme ça. Les miens, quand ils s'emballent quelquefois, me font tourner en rond, je passe de l'un à l'autre tout en me demandant à qui je vais décerner la médaille du plus chiant ! Quand le silence revient, c'est pire : je fais la navette entre ces deux bêtes qui s'évertuent à compliquer mon existence. Pas de repos pour les braves, mon boulot c'est de faire le lien, je ne suis pas qu'un chasseur cueilleur !! Soudain, j'aperçois à travers le feuillage, la porte d'entrée d'un château. Tout s'éclaire, je comprends enfin pourquoi mon brave compagnon était sous tension et ronchon dès le départ :  le ras le bol des châteaux !! pareil pour moi !!

N (22)N (25)

Ce ne sont que des chefs-d'oeuvre en péril ! En rêver me parait suffisant. Heureusement après la visite du Haut-Ribeaupierre à la mode japonaise, le chemin se fait enfin descendant. Il nous reste deux autres vestiges à visiter et bientôt tout cela ne sera plus qu'un mauvais souvenir !

N (29)N (30)

Nous avons fait l'impasse sur le deuxième château Girsberg en contrebas. Ses pans de mur surplombant fièrement Ribeauvillé s'accrochent encore avec l'energie du désespoir sur un piton rocheux. Seuls trois fous dansants, derniers fidèles à cette ruine, se sont portés volontaires pour le sacrifice ultime, hurlant dans le vent quelques chants funèbres....

N (35)N (36)

DU (439)N (62)

Nous avons préféré observer bien à l'abri dans le château de saint Ulric, l'effroyable et palpitant reality show mettant trois hasbeen en scène pour un suicide collectif qui finalement n'a pas eu lieu : les trois girouettes ont déclaré forfait. Tant mieux, j'avais déjà beaucoup à faire avec mes vieux et j'étais en overdose d'émotions fortes ! Cette dernière citadelle solidement bâtie nous a offert du haut de son donjon, un très joli panorama. Malheureusement, pour me rassurer , ma vieille m'a installé dans mon sac à dos, j'ai eu doublement le vertige... en profitant du spectacle tout mon saoul, c'est le cas de le dire !

N (50)N (56)N (45)N (59)

N (65)

A nouveau sur le plancher des vaches, j'ai eu la désagréable impression de partir à l'opposé de la ville. Il est temps pour moi d'entrer en action ! d'abord je traîne...ensuite je tire la langue...puis, je boite et quand enfin tous mes subterfuges passent inaperçus, je me couche et attends. Victoire !! ils s'affairent autour de moi, s'inquiètent, échangent quelques propos avec calme, une alliance de circonstance prend forme. Nous ne sommes pas loin d'une réconciliation et d'un coin pour pique-niquer : ce qui devrait résoudre tous nos problèmes ....

N (70)DU (574)

J'ai repris des forces, fini ma gamelle, puis un peu en retrait, je les ai observé du coin de l'oeil. Un dialogue minimaliste mais courtois s'instaure, puis une marguerite glissée en douce avec les ptits gâteaux et le café... un demi-sourire en retour. Et voilà l'travail !! la guerre n'aura pas lieu ! je suis un fin stratège... entre eux c'est l'entente cordiale. Mes amis m'ont mis à rude contribution, je m'éclipse pour piquer un roupillon : ils vont enfin me foutre la paix....

036035053

Sur le chemin du retour, nous faisons un crochet par Notre-Dame de Dusenbach, soudain je sursaute. Pour qui sonne le glas ? il ne sonne pas pour moi ! je regarde derrière moi, pas pour eux non plus ! Nous continuons de progresser et le silence se fait apaisant, on s'achemine détendu vers la fin du voyage . Tout compte fait cette aventure s'est révélée fort intéressante et instructive à tous points de vue....

N (81)N (99)

N (103)N (104)

 

"On a toujours besoin d'un plus petit que soi....patience et longueur de temps font plus que force ni que rage."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enregistrer