"C'est un air détaché
Pour chanter le fil enchanté,
Qui, malgré nos airs fâchés,
Dit : "Tâchez de vivre attaché,
Les coeurs des coeurs approchés,
Accrochés par un fil caché....ne pas le lâcher
Le joli fil entre nos coeurs passé,
...Le fil de nos sentiments enlacés,
le fil qui nous lie, nous relie...."

 

Mes amis, Souchon murmure à mes oreilles pendant que je prends mes quartiers d'hiver. Je n'ai même pas une minute à moi et il me faut déjà changer d'heure. Ça ne m'étonnerait pas, qu'elle m'ait gagné de vitesse pour grignoter un peu de mon temps. Faisons table rase de mes derniers avatars, soyez rassurés, je me porte comme un charme. Toutefois, depuis mes dernières mésaventures j'ai quelque peine à me reconnaître. Je ne peux plus me passer de la vieille, j'en suis addict, beurck ! Pourvu que ce ne soit pas une grave maladie, parce que j'en ai marre de me faire piquer à tout bout de champ. Tout les matins j'attends son réveil avec impatience, mon temps est consacré à la suivre partout, pas à pas avec constance. Quand elle me ferme la porte au nez, je me poste devant, comme un couillon et me momifie jusqu'à ce qu'elle réapparaisse. Les heures passent, "rapassent", sans que je puisse récupérer mon quota de sommeil. De plus, figurez vous que je ne peux même plus dormir sans la vieille à mes côtés. Me voilà réduit à mener une vie de Border collie, moi qui aspire à la vie placide d'un Mastiff. Etrangemment mon moral remontait en flêche ces derniers jours jusqu'à ce que la vieille porte à mon attention, mon comportement pour le moins curieux :" T'es amoureux de ta maman Charly ?"

P1680826P1680827

P1680831P1680845

P1680847P1680859

P1680850P1680853

Non mais des fois, même pas en rêve ! Je suis déjà esclave de mon estomac, fervent admirateur de deux êtres d'exception, Môa et mon pote, alors faut pas pousser. Que la vieille ne se berce pas d'illusions et qu'elle aille voir ailleurs, enfin pas tout de suite parce que c'est bientôt l'heure de ma sieste. Je suis maintenant connu et reconnu, j'oserais même dire, "réclamé" par le plus grand nombre... de mes groupies à qui je réserve mes confidences en exclusivité : "Je suis bel et bien amoureux". J'entends déjà vos questions "de qui ? Depuis quand ? Où ?... Je ne vous fais pas languir plus longtemps. Pour préserver, ma tranquillité et ma liberté qui m'est chère, j'ai décidé de m'enticher de quelqu'une une fois pour toutes, avec persévérance, abnégation et fidélité. Sans grand espoir de trouver mon alter ego, j'ai quand même longuement cherché et attendu mon tour sur un site de rencontre que vous connaissez peut-être "Teckelissimo". Puis las, presque heureux d'y renoncer, ça m'est tombé dessus sans crier gare et depuis j'en pince grave pour mon âme soeur. Elle et moi cheminons dans la vie en parallèle, nous avons les mêmes aspirations certes...mais une vie déjà bien remplie chacun de notre côté. Je ne connais pas les défauts dont elle pourrait éventuellement être pourvue, mais peu m'importe, Je l'ai paré de toutes mes qualités. C'est vous dire que ma Juliette a du chien, elle et moi, c'est à la vie à la mort et pis c'est tout! La distance a rapproché nos deux coeurs et c'est ce qui fait la force de notre union libre. Une rengaine insidieuse d'un Christophe, parasite mes propos et veut me voler la vedette, un envieux à n'en pas douter "Mais c'est pas pour autant qu'il faut qu'on s'attache et qu'on s'empoisonne avec une flèche qui nous illusionne...." Dificile de faire son buzz en ces temps de multitude....

P1680854P1680855

P1680858P1680866

P1680886P1680893

P1680895P1680898

Les amis ne râlez pas, j'ai quelquefois du mal à suivre le fil de mes pensées qui se bousculent tous azimuts. Mon fil d'ariane m'échappe bien souvent et je m'égare... Revenons donc à mon problème d'addiction. J'ai choisi une méthode douce pour me désolidariser d'avec la vieille, en progressant virtuellement dans un premier temps. Pas question de rompre le lien qui nous unit, juste lui donner un peu plus d'élasticité. Voilà pourquoi je partage avec vous, cette balade touristique au Tirol, où je me ferais transparent le plus souvent possible. Il me faut procéder avec précaution et ne pas pousser le bouchon un peu trop loin, sinon je basculerais de l'addiction à la phobie de la vieille. Ce qui me mettrait dans l'obligation de prendre mes cliques et mes claques et m'installer chez Juliette, j'ai bien peur qu'alors, notre amour n'y survive pas. Je vous laisse prendre le pas de la cheffe, la balade est sans risque, quoique le démarrage a été laborieux. Les chaussures montantes de notre leader sont équipées de crochets qui se sont pris dans la boucle du lacet de l'autre chaussure, la stoppant net dans son élan pour l'étaler de tout son long. Nous nous sommes retouvés nez à nez, avant même que je ne mette mon projet à exécution ! Est-ce un signe ? Sommes nous destinés à rester à jamais attachés, la question reste posée...

P1680908P1680902

P1680910P1680928

C'était bien la peine de me retirer en moi-même pour épuiser tous mes chagrins, aprés mes ennuis de santé, pour finalement me retrouver avec ma dernière contrariété qui me colle encore à la peau, au point qu'elle se vautre sous mes yeux. Bon, maintenant qu'elle a remis un pied devant l'autre, je vous laisse reprendre la route. Je serais votre voix off pendant cette visite touristique jusqu'à votre arrivée à la frontière entre L'Autriche et l'Allemagne. Restez groupir suivez le fil conducteur et ne vous inquiétez de rien. Mon pote fermera la marche avec moi pour ange gardien. N'ayant pas encore le don d'invisibilité pour me taper la visite à pinces, j'ai regagné ma cellule pour me mettre à l'abri de ma dépendance.

P1680912P1680928

neklobenstein1eklobenstein

Je vous résume la petite visite et vous guide : Mettez 3 euros dans la tirelire jaune, pour vous garer à la journée. Pas de gardien dans la guérite, prenez votre ticket vert laissez le bien en vue sous votre parebrise et allons-y. Notre but, un lieu de pélerinage datant des années 1700 à l'église de Maria Klobenstein au nord de Kössen. Tiroliens et Bavarois s'y retrouvent en prenant chacun leur route. La nôtre est un ancien chemin de contrebandiers. Nous accéderons par un pont suspendu, aux deux chapelles reliées entre elles. Dans la plus petite, se trouve la "Vierge Noire" sur l'autel. L'eau de source qui coule dans un petit puit est considérée comme sacrée et miraculeuse, notamment pour les problèmes oculaires. Le Klobenstein est une pierre de 10 mètres de haut, fendue en son milieu. Selon la légende, une femme aurait été surprise par une coulée de boue et de pierre, désespérée, elle a imploré le secours de Marie et le rocher nommé Klobenstein s'est divisé en deux parties lui permettant d'échapper à une mort certaine. A quelques mètres en contrebas de ce lieu de pèlerinage, dans l'ancien ermitage, se trouve une auberge rustique avec un jardin très original. J'ai pris les devants et vous y attends, dépêchez-vous, j'ai faim !!

P1680901P1680899

P1680900P1680935

P1680915P1680931

P1680927P1680755

 

 

 

 

 

 

 

 " Il y a toujours le temps entre moi et ce que je veux, par moment j'ai envie de le tuer"