06 juin 2017

"Si j'aurais su, j'aurais pas venu..."

« - Ah! qu'un beau jour, songeait le roi, quelqu'un m'aimât pour moi-même, sans trahison, ni calcul, ni mensonge. - L'aumônier dit: - - Prenez un chien. »   Depuis quelques jours qui me paraissent une éternité, je mijote doucement dans ma carrée où règne une étouffante atmosphère de 27°. Je ne demande pas la lune, qu'il s'agisse d'un temps de chien ou du beau temps, j'en veux un peu, mais pas trop, on est pas des bêtes!! La seule chose que je réclame insatiablement et pour laquelle le trop n'est pas assez, c'est ma pitance.... [Lire la suite]

14 mai 2017

« Le pays de l'homme, c'est son caractère ; le pays de la bête, c'est son maître. »

  "Même un chien trouve immangeable une querelle de ménage."   Ces derniers jours, je n'ai mis la truffe dehors que pour mes deux sorties hygiéniques, pas une de plus ! Que ce soit le matin avec mon pote ou l'aprés-midi avec la vieille, à chaque fois j'ai pris la saucée. J'ai battu mon record : 5 minutes, montre en main, aller et retour tout compris ! Comme vous le savez, la vieille a rejoint notre club des seniors. Elle pensait en prenant ses nouvelles fonctions, que cela lui serait profitable, mais ses os et ses... [Lire la suite]
26 février 2017

« Moi je suis de la race ferroviaire, je regarde passer les vaches »

"Parler, parler pour ne rien dire, parler pour faire peur au silence. Parler pour tout dire. Mais on demande toujours trop aux mots. Plus qu'ils ne peuvent dire." Et puis pour cette fois, ça m'arrange ! Je vous propose, de mon point de vue, une petite promenade à la Rosshütte de Seefeld au Tirol que j'affectionne et qui fait le plaisir de mes vieux jours....En attendant de vous retrouver pour une de mes nouvelles aventures !               « Vivre! Ça prend du... [Lire la suite]
05 février 2017

"Travailler n'a jamais tué personne mais pourquoi prendre le risque !"

  Fainéhantise : peur obsédante de la paresse, du temps mort, de la durée non remplie...   Une chose est sûre, ce n'est pas mon cas. Je savais bien que je n'étais pas fainéant ! Dans mon petit panier, la tête posée sur mes deux pattes croisées, je contemple la multitude d'étoiles des neiges venues me rendre visite sur le balcon. J'ai rassemblé tous mes jouets à côté de moi, pour me tenir chaud sur le flanc droit tandis que le flanc gauche engrange la chaleur de mon copain radiateur, retrouvé avec bonheur, mais qui semble... [Lire la suite]
28 décembre 2016

"Un égoïste, c'est quelqu'un qui ne pense pas à moi !"

"On n'est jamais aussi bon qu'on le craint ni aussi méchant qu'on l'espère." J'ai eu un petit souci de santé qui m'a obligé à me ménager. La vieille pense que je me repose tout le temps, c'est un jugement bien hâtif ! Comme c'est elle qui me sort l'après-midi, je reste seul aux commandes d'un itinéraire... minimaliste. Mon pote quand à lui, me balade aux aurores et au fil de l'eau pour m'aérer longuement. Je ne peux, le plus souvent en cette saison, jouir du spectacle et dois me contenter de cheminer avec une paire de gros godillots,... [Lire la suite]
04 décembre 2016

"Ô temps ! suspends ton vol ; et vous, heures propices suspendez votre cours !"

  "Une heure n'est pas qu'une heure, c'est un vase rempli de parfums, de sons, de projets et de climats."   J'ai reçu, avec grande joie, la visite éclair de mon frère, dont je vous ai déjà parlé (le 10.09.2013). Un froid de canard a fait son entrée lors de notre balade au marché de Noël de Strasbourg, nous nous sommes réchauffés aux parfums de vin chaud et tartes flammées !! J'en rêve encore blotti dans mon panier prés du radiateur. Mes vieux m'ont extirpé de mon antre, sous le pretexte d'une toux ou plutôt d'un... [Lire la suite]

01 novembre 2016

"Tout compte fait quel bonheur d'être heureux !"

"Comme rien n'est plus précieux que le temps, il n'y a pas de plus grande générosité qu'à le perdre sans compter."   Alors que je dormais si bien, le temps de digérer mon petit déjeuner, ma vieille m'a réveillé sans ménagement. Je suis allé ronchonnant et d'un démarche claudicante vers le plus proche de mes paniers, pour reprendre le cours de ma rêverie. La patronne déambule tout en récapitulant à voix haute une sorte d'inventaire, dans quel but ? mystère ! J'appelle ça : brasser de l'air. Tout ce chambardement m'oblige à ne... [Lire la suite]
13 août 2016

"L'impondérable est ce qui vous pend au bout du nez."

  "J'ai trop pensé pour daigner agir."   Les pattes bien ancrées dans le lit du ruisseau glacé, je laisse le soleil chauffer mon épine dorsale pour éviter la déperdition de chaleur. J'observe mon pote en face de moi, se reposer sous la caresse de l'astre du jour. La vieille a repris ses habitudes et mitraille à tout va, évidemment je reste sa cible préférée mais c'est le prix à payer pour qu'elle nous laisse rêvasser ! La chaleur se fait plus vive et à moins de plonger et rester en apnée, je ne peux y échapper. Je guette... [Lire la suite]
04 juin 2016

« Ce n'est pas tout d'avoir raison, encore faut-il attendre son heure. »

"Le véritable metteur en scène de notre vie est le hasard." Et c'est reparti, la truffe sur les talons de mon leader, avec un enthousiasme certain, l'un comme l'autre avançons à petits pas ! Le torrent dans sa course effréné, exhale un petit coulis frisquet qui se glisse subrepticement entre les lattes en bois du pont. Je m'éveille doucement sans rompre pour autant le rythme que nous avons adopté d'un commun accord mon pote et moi. Je prends lentement conscience du fouillis végétal qui m'entoure. Ces derniers jours, accaparé par un... [Lire la suite]
29 mars 2016

« Moi ce que j’ai eu d’important à dire dans ma vie, je l’aurais dit avec mes yeux »

"Faut-il vivre pour manger ou manger pour vivre ?" On s'en fout ! donnez nous à becqueter et pis c'est tout. Mes amis,je vous livre l’info tel quel : on est en pleine récession, on nous rationne, on nous ratiboise, on nous les brise menu ! Vous avez remarqué comme moi que plus on est nécessiteux, plus on nous demande d’efforts. Y’en a qui font des effets de manche, vous annonce que vous aurez tel ou tel avantage et mine de rien en loucedé, y vous pique le peu que vous aviez déjà péniblement gagné ! J’explique : une fois... [Lire la suite]