"Je suis à l'automne de ma vie mais qu'importe puisque l'hiver est mon ami !"

Ce jour là, j'étais assez euphorique, je somnolais juste après mon repas, quand mes vieux ont décidé, un peu tôt à mon goût, de quitter la maison. Installé dans la voiture bien au chaud, je me disais qu'une sortie pipi à trois était une grande nouveauté non dénuée d'intérêt : d'ordinaire j'y vais le matin avec mon pote et l'après midi avec ma vieille. Mais tout aussi rapidement, je me suis demandé pourquoi y aller en automobile, j'ai jeté un regard soupçonneux hors du véhicule pour constater qu'il pleuvait averse. Je ne vis que de petites joies souvent éphémères un peu comme les bulles de savon, on a beau en produire beaucoup elles éclatent toujours en plein vol avant qu'on ne puisse en profiter !! Je suis encore trop jeune pour faire front et donner mon avis et je ne peux que m'en remettre à mes maîtres, gens d'expérience et d'un âge avancé...

001024

J'ai laissé mes compagnons sortir seuls lorsqu'ils se sont garés, espérant qu'ils m'oublient. Mais après un bref conciliabule près du coffre ouvert, ils m'ont extirpé de ma base arrière. De toute façon, le froid s'était sournoisement infiltré à l'intérieur de l'habitacle et je n'y étais pas mieux que dans les bras de la patronne ! En contemplant le paysage, j'ai poussé un petit gémissement désespéré face à l'immensité blanche et glaciale qui s'offrait à moi. Tout heureux, mes deux vieux croutons s'exclament : comme il est content le titi, il va se régaler dans la neige !! Heureusement que l'affection qui nous lie est plus forte que tout, parce malgré les nombreuses années de cohabitation, il faut se rendre à l'évidence, nous ne parlons pas la même langue ! L'hiver, je l'envisage, il m'est propice à la méditation. Ses rigueurs me testent et me fortifient car il est vrai que je ne goûte guère cette saison quand elle est paresseuse, mais tout de même, il me faut du temps pour me préparer, je ne suis pas de glace !!

017018

J'ai de suite donné la cadence, parce que je connais l'allure de sénateur de ma photographe attitrée, si je traîne pour satisfaire sa passion des clic-clac, je risque d'y perdre la vie et elle inscrira, ici gît hibernatus, sur ma tombe ! Même qu'à un moment, au milieu des vignes, je me suis senti entre la vie et la mort, mais j'ai très peu hésité et mon compagnon m'a confirmé dans ma décision de survivre à cette épreuve.

019

J'allais bon train, n'ayant rien d'autre à faire qu'à philosopher. En observant mes maîtres, pratique dans laquelle j'excelle, je me suis demandé ce que c'était que d'être vieux !! Mon panier, mes joujoux, mon pote, ma patronne, tous confortables parce qu'anciens, pourtant on a envie de les remplacer quand on les regarde. Ils sont si fragiles, abîmés et un peu défraîchis, allez savoir pourquoi on s'y attache !! Vieillir, tant de monde s'inquiète à ce propos, il suffit de regarder autour de nous pour être rassuré, vieillir ce n'est pas disparaître mais être sur le retour ! Les saisons en donnent la preuve, être vieux c'est être en hiver, j'en ai déjà passé huit et je suis formel à chaque fois, j'ai eu mon printemps !!

031032

 

038053

la neige se fait plus dense et se colle en petits paquets sous mon ventre, je ne voudrais pas être le premier chien qui ne passera pas l'hiver. Devant moi, sur le chemin immaculé, j'aperçois d'étranges et petites traces sautillantes, probablement un écureuil surpris par la vague de froid. Il a dû quitter son nid pour visiter ses nombreuses cachettes de nourriture, j'espère pour lui qu'il les retrouvera très vite sinon il ne fera pas de vieux os. Parler d'os et autres frichtis, me rappelle ô combien je me suis délecté de la compagnie d'un cerf, lors de ma dernière balade qui s'est terminé en apothéose au restaurant, j'en ai encore l'émotion dans la gorge et la larme à l'oeil ! Nous ne sommes pas éloignés d'un autre lieu de restauration et si la nuit voulait bien être mon amie et nous envelopper, on pourrait y trouver refuge et nous sustenter. A cette idée, mon futur m'a semblé plus riant et plein de promesses, j'ai été pris de frénésie, courant dans tous les sens. Certaines fois je disparaissais, aspiré par les profondeurs vierges, puis mes oreilles, tel des périscopes, refaisaient surface en premier. Je n'ai pas boudé mon plaisir sous les yeux amusés de mes vieux compagnons.

063077

097110

Enthousiasmé par ma joie de vivre, le ciel s'est mis de la partie, il a déversé sur nous des milliers de flocons épais et cotonneux. De petites étoiles frileuses se sont posées sur ma truffe chaude pour fondre de contentement, d'autres plus givrées se sont accrochées sur le manteau neigeux pour lui donner plus d'épaisseur et de moelleux. La froidure a ses excès et nous le prouve, les mousses de neige se sont arrondies pour devenir de petites perles verglacées. Les caresses sont devenues gifles donnant du rouge au joue, la bouille de ma vieille ressemblait trait pour trait à un bonhomme de neige avec son nez rouge et comme son foulard était plus décoratif que protecteur, mon pote a eu une idée de génie pour isoler sa tête de l'humidité (très mauvais pour les vieux) : il a glissé un sac à .... en plastique noir, entre ses cheveux et son mouchoir de tête, spectacle que je n'aurais voulu manquer pour rien au monde !!

111112

On a repris la route, ma vieille un peu vexée, nous deux hilares, derrière elle et un peu plus loin à l'arrière, le brouillard fermant la route. Finalement, à force de roder autour de nous il nous a imposé une retraite anticipée. Dans un silence religieux on a profité des étendues virginales devant nous, gardées par des sentinelles au manteau de fourrure blanche. Les arbres dépouillés de leurs habits d'automne, se sont pétrifiés sous le frimas qui leur sculpte un nouvelle ramure, ornée d'une multitude de pampilles. Les fragiles dentelles et les petits cristaux minutieusement ciselés se déchirent ou se brisent sous le baiser du vent glacé. Ce bel ouvrage, en représentation éphémère, se répand en pluie scintillante sur nos têtes. Et si l'hiver venait à fondre comme neige au soleil !! Les vieux pourraient-ils encore rajeunir un peu à chaque printemps ou est ce qu'ils disparaîtraient avec les hivers d'autrefois ? J'aime me faire peur, m'interroger sur le sens des choses et des mots, je trouve peu de réponses et quand j'en ai, je m'en fous !

044005

 

169123167178

Restons quand même terre à terre, mon repas tant espéré n'aura pas lieu, ce qui me navre car la faim me tenaille. Au tréfonds de ma mémoire, un souvenir fugitif fait grogner mon ventre chaque fois que je plonge ma truffe dans la neige. Impossible de faire le lien entre neige et estomac, bon j'vais pas en faire tout un fromage... c'est ça !! l'association qui me manquait : neige égal fromage, me demandez pas pourquoi, je ne m' en souviens plus, mais ça me rend heureux et confiant dans l'avenir. On a fini par retrouver la voiture. Il m'ont installé le premier après m'avoir débarrassé de mes grelots, puis frictionné et affectueusement emmitouflé dans une serviette propre. Quelques manoeuvres délicates me laisse un petit moment en apnée , puis au soulagement général, notre char s'arrache ! Transi et fatigué, je fais ma moisson hivernale de souvenirs que j'engrange avec les autres, je prépare notre regain...

193207

Jl'avais sur le bout de la langue ! c'est une fondue...

 

212226

 

229244

Je sais, c'est pas beau de lécher la gamelle des autres, dites rien à la vieille, ce qu'elle ignore ne la chagrine pas et moi j'en suis heureux ! J'aime ce délicieux moment où je quitte la scène apaisé et repu. Je m'octroie encore une dernière sucrerie, une délicieuse et frivole conversation avec moi-même.  Allons, il est temps d'un repos bien mérité. Rien ne peut gâcher une aussi belle journée, encore que...

CHARLY (169)CHARLY (303)

Dans les nuages où je me suis retiré, bercé par les vapeurs du vin du Jura, je perçois un...compliment, non, une vacherie, pas besoin de vous dire d'où ça vient : t'es gros Charly !! Cause toujours tu m'interesses !!

"Le pire con, c'est le vieux con : on ne peut rien contre l'expérience" 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enregistrer