"Le rire est une chose sérieuse avec laquelle il ne faut pas plaisanter"

Cette fois, nous sommes partis paisiblement après déjeuner ! Une petite balade, pépère de quelques heures...La sortie en voiture n'est pas bien longue et nous arrivons bien vite au parking de Mittelbergheim, à flanc de colline au milieu du vignoble Grand Cru du Zotzenberg...tout un programme qui aurait bien tenté ma vieille ! Le soleil est de plomb, la forêt dense se dessine au loin, je suis heureux de voir cette ligne d'horizon ombragée me tendre les bras et se rapprocher enfin. A l'orée du bois, tout en faisant une pause pour nous désaltérer, je lève la tête à contre-jour, croyant percevoir une présence ! Mon instinct ne m'a pas trompé, un lutin à la mine joviale me salue.

L (16)M

En reprenant notre chemin, les oiseaux qui s'en donnent à coeur joie me font lever la tête, d'abord un peu ébloui, je ne distingue que brillance, puis un autre lutin à la mine encore plus espiègle que le premier m'apparaît. Je cours pour rattraper mes amis et leur montrer ma découverte, les retrouvant eux aussi le nez en l'air, en train de contempler je vous le donne en mille : un autre farfadet !!

M (11)M (21)

Goguenards et nombreux, postés à espace plus ou moins régulier, ils me surveillent sans relâche et se fendent la pipe, au point que je me demande si ce n'est pas à mes dépens ! Finalement je décide d'ignorer ces étranges habitants de la forêt perchés en haut des troncs. Je n'ai guère le temps de plaisanter car nous avons encore du chemin à parcourir : le carrefour des trois chênes, le col de Crax, le rocher Sainte Richarde et Dieu sait quoi d'autre !!

M (20)M (18)

J'ai passé mon chemin, contemplant ici et là quelques insectes ou fleurs. Au fond de moi, j'étais certain d'être le sujet de leur moquerie, pourquoi ? cela restait pour moi un mystère, mais il m'importait peu de le découvrir. Les battre froid était la réponse appropriée et somme toute un juste retour des choses. En me retournant hors de leur champ de vision, j'ai pu me réjouir de leur mine déconfite.

GES (50)GES (48)M (3)M (2)

Mon attitude indifférente et distante a privé ces plaisantins du seul moment rigolo de la journée, leur frustration fait presque peine à voir.

M (7)M (4)M (17)M (25)

Arrivés au sommet du col, nous avons progressé à la queue leu leu sur un petit chemin étroit et plongeant. Ce charmant intermède a pris fin quand nous avons débouché en pleine lumière sur un promontoire avec vue panoramique sur Andlau. Un banc accueillant nous attendait et nous y sommes restés pour jouir du spectacle et prendre du repos. Le soleil caressant a eu sur nous un effet hypnotique pendant que le chant des oiseaux nous susurrait de fermer les yeux. Tout à une fin ! Ce délicieux moment aussi, grâce à l'arrivée inopinée de deux randonneurs à la voix de stentor !

M (28)M (29)

 

M (33)059

Je pensais bien vite redescendre vers la ville tout en finissant ma sieste en voiture et ainsi regagner paisiblement mon "chez moi" que je n'aurais jamais dû quitter. Pensez vous, en vieillissant mes potes ont des idées fixes ! Je sais vous allez me dire : encore ! ils nous gavent avec ça. Vous avez raison, c'est quasi obsessionnel, peut-être une ambition contrariée de provinciaux qui voulaient mener...la vie de château. En tout cas il a fallu se taper la montée et la visite. Du haut de mon donjon m'est parvenu un éclat de rire tonitruant, les gnomes d'en bas me narguent et se marrent. Depuis le début, les esprits de la forêt menaient la danse, connaissant chaque parcelle de leur royaume, chaque forteresse ou ruine et même et surtout : ma phobie des châteaux !! Tel est pris qui croyait prendre !

M (47)M (41)

M (51)9z3KELXM (60)

Vous me connaissez, je ne cède pas d'un pouce, c'est la devise d'un teckel qui se respecte. J'ai refusé de prendre le même chemin pour le retour ou alors dans ma ptite studette à l'abri des quolibets et d'une autre humiliation !

 

« Il faut collectionner les pierres qu'on vous jette. C'est le début d'un piédestal. »