« Tout pourrait être mieux, mais tout pourrait être plus mal. Donc tout est bien ! »

 

Tout est bien, tout est bien, c'est vite dit ! Je suis en boule... et dans mon panier. Vous vous demandez pourquoi, moi aussi ! j'sens bien qu'un rien m'exaspère. Le temps ne passe pas, il s'installe, pluie et brouillard sont au diapason pour obscurcir sans répit mon horizon. Le ciel bas me fait grise mine et s'alourdit au point de m'asphyxier ! le mauvais temps bouleverse mes sorties hygiéniques, mes sms se sont répandus un peu partout, réduits en une boue indescriptible, plus aucune nouvelle de mes congénères ne sont "lisibles" nos maîtres en sont la cause : c'est quand même pas compliqué de jeter les vieux messages à la poubelle !! Je subis de ce fait une deuxième injustice car mes balades (un bien grand mot) se font...en laisse pour ne pas revenir tout crotté...

 

CH (87)E (135)

 

CH (99)CH (101)

J'ai perdu l'envie de me promener et le coocooning commence à me peser. Personne ne partage son temps ou ses hobbies avec moi. Ma vieille se laisse accaparer par son firefox et disparaît régulièrement avec son tapis vert pour transpirer en musique ! Quand à mon pote il ne veut même pas se morfondre avec moi ! Il préfère sortir et battre seul le pavé d'un village sous anesthésie et s'emplir de grisaille. La solitude est un plaisir que je n'ai, ma foi, nulle envie à partager. Ma patronne, que j'étais venu accueillir sur le pas de la porte, me trouve grognon, ronchon, râleur...alors là, la colère m'emporte, irraisonnée, dévastatrice, je ne maîtrise plus rien et... lui tourne le dos.

 CH (156)CH (614)CH (645)

Dans mon antre, j'ai retrouvé mon calme, j'ai réalisé que c'était encore avec moi-même que je m'ennuyais le moins, fort de cette révélation, je m'apprêtais à méditer sur l'utilité du partage, quand soudain j'entends la voix mielleuse de la cheftaine qui me veut au garde à vous devant la porte. "Tu peux te talquer !" pensais-je en mon for intérieur. Pauvre de moi, rancunier ou pas... j'ai été arbitrairement emporté sous le bras et déposé dans la voiture. Pas de sac, de bagage, je me voyais déjà à les attendre, une fois de plus, sur le parking d'un supermarché ou autre. Contre toute attente, nous nous sommes retrouvés en pleine campagne. Je sors, inspecte les lieux à droite, à gauche, lève mes yeux au ciel d'un blanc immaculé, on peut y aller : ni pluie, ni brouillard...j'en rêvais, ils l'ont fait !!

001004

 

036035

Au fur et à mesure que nous prenons de la hauteur, je découvre que la neige s'est invitée il y a peu. Elle a déposé tant bien que mal, une fine pellicule blanche. le sol est chargé d'humidité. Au loin des grognements de bêtes sauvages se font entendre, je ne suis pas d'humeur à batailler mais plutôt à marcher d'un bon pas sans faiblir pour fuir le froid qui m'assaille de toute part.

014021

 

017009

 

003LK (141)

Il n'est pas interdit de changer d'avis. Quand j'ai pris conscience d'être à l'abri du danger, je me suis aussitôt mis en tête de trouver une trouée et d'être sur la brèche pour faire mon devoir : chasser le sanglier et manger...sa pitance !! Il était dit que je serais contrarié jusqu'au bout, les sapins se débarrassent à l'insu de leur plein gré du grésil posé sur leurs branches et comme par hasard ces cristaux s'abattent en cascade sur mon dos. Je reste de glace et écoute les bruits aux alentours,d'abord le silence, puis le bruit de mes pas qui trouble à peine le mutisme de la forêt. Tout en m'éloignant des pins je réalise que la neige continue de tomber en rafales, elle se pose et s'agrippe aux obstacles rencontrés dans sa chute. Il n'est plus temps de frimer ,il faut décaniller en toute hâte, la tempête se lève. Une sorte de crépitement nous accompagne, le givre enrobe sournoisement les flocons pour griffer, gifler nos têtes et mes flancs. On courbe l'échine,je tremble comme une feuille, vite avant que l'on perde le nord, on n'y voit plus guère ! Le grésillement se mêle au craquement du léger tapis blanc qui se forme sous nos pieds. Nous restons tous trois soudés et tendus vers un seul et même but...la voiture !!

 

022

033032

 

DU (364)

Enfin chez soi ! me voilà nettoyé, peigné et prêt à me ressourcer dans ma tanière, mais mes deux vieux me sollicitent sans cesse ! Ils me tournent autour, me posent des questions "ça va mon charly ?"  "t'as pas mal aux pattes ?" t'as pas...ben si on me foutait la paix ça irait très bien !! C'est quand même incroyable, on demande rien à personne et il y a toujours quelqu'un pour vous enquiquiner....(il n'est pas interdit d'être de mauvaise foi !!)

"celui qui connaît l'art de vivre avec soi-même ignore l'ennui"

 

 

 

 

 

 

 

 

Enregistrer