« Ils nous ont quittés. Mozart, Einstein, Guitry... Et bien d'autres. Tous des génies ! Mais rassurez-vous, je vais très bien. »

 

 

 

058

 

004

Je parie que vous vous êtes fait du souci ! où est passé Charly ? non je n'ai pas pris un congé sabbatique, j'étais en surveillance rapprochée, garde du corps d'une ptite d'homme, aux douces effluves de patchouli et grenadine :  mission stimulante, certes ! mais dont je me suis acquitté expertement comme à l'accoutumé ! enfin bref, j'étais au-dessus de tout éloge ! Je pensais bien évidemment, dormir tout mon saoul une fois mon devoir accompli, mais pensez vous ! mes vieux forcément plus reposé que moi, mais "privés" de marche intensive, ont sonné l'heure du départ un peu à la va-vite, because une météo déboussolante et caractérielle...

063

 

003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

j'ai fait contre mauvaise fortune, bon coeur ! une sieste pendant le trajet et nous voilà au parking de Kalikutt pas très loin de Oppenau. Ils ont suivi l'itinéraire indiqué par Michel in-connu au bataillon ! : c'était plutôt le chemin des écoliers ! Une perte de temps pour eux et un gain de repos pour moi !!

Ma "mother" veut absolument voir Lothar, qui c'est celui là ? j'ai traîné du pied dés que j'ai supposé qu'il faudrait encore faire du baby sitting et en plus hors de ma maison !! mon pote préfère parler de mirabelles et quetsches ! ce qui est nettement plus intéressant. Ils consultent alors un grand bout de papier rétif au pliage qui est infoutu de nous dire s'il faut partir à droite ou à gauche...alors là je rouscaille : déjà qu'on est sur un faux départ, j'ai pas d'autres choix que de prendre les choses en main : direction tables, chaises et un grand feu...on s'installe et pour le reste, j'passe la main en confiance.

064

056

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On ne m'écoute pas, c'est comme si je pissais dans un violon! On reprend la route dans la foulée, stop ! les beaux fruits lourds que voilà, sur les branches brisées juste à ma portée... impossible de les déguster, pas encore mûrs, y'a même pas de soleil ni de sucre dedans, je suis bien chagrin ! Un peu plus loin tout en persévérant vers le plus haut sommet du coin, j'ai aperçu une fontaine portant le nom de .... "Lothar" : quel soulagement , nous avions atteint notre but ! une fois de plus je me suis inquiété pour rien, pas de ptit d'homme, pas besoin de nounou !

047

007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me fais à nouveau du mouron, pourquoi continuer à grimper ? je me perds en conjectures. Soudain un petit gargouillis me rappelle à l'ordre, tout devient limpide : j'ai une nouvelle mission tout à fait dans mes cordes, trouver un abri pour le pique nique !

A l'horizon se profile la tour de mousse et ma trouvaille pour le pique-nique. Autre source de joie pour moi : puisque nous sommes montés, il nous faudra redescendre, c'est ma préférence à moi ! Nous étions sur le point de nous installer et déballer nos victuailles quand ma maîtresse nous a dévoilé son objectif : 7 mètres de haut en plus pour atteindre le vrai sommet Siedigkopf (877m) et voir.... Lothar ! encore un, qu'il aille au diable ! y'en a combien bon sang ? ça devient une obsession ! ça prendra peu de temps, un ch'tit aller retour dit-elle. Ce que femme veut...

019

 

015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En face de nous, trois géants frêles et forts à la fois, trois "Lothar" ! c'est fou comme je me fais du cinéma avec trois fois rien ! Pour être honnête, je me voyais pas revivre d'autres journées de garderie, attention ! j'adore le job et l'angelot dont j'avais la garde, mais personne ne m'informe des implications. Je m'inquiète pas pour mon statut hiérarchique, le chef c'est moi ! mais plutôt la répartition des caresses, des gâteaux, des croûtes de fromage, du fauteuil, bref de ma place dans ce quatuor ! je ne sais même pas s'il est éphémère ou définitif ? Du coup je me voyais déjà dans un remake avec le mystérieux Lothar et je ne vous cache pas que j'avais un peu les boules !! 

 

035

 

                                                                                                                                                  

 

033

022

 

 

                                  

 

 

 

 

 

 

               

Alors que toute cette affaire prenait un tour bien plus sympa les nuages sont devenus menaçants, pas de chance pour mon photographe le ciel a le sourcil ombrageux, la vue était pourtant superbe. Ma maîtresse nous a donné le fin mot de cette histoire. Ici, il n'y avait que la forêt à perte de vue, on ne pouvait pas voir la tour d'en bas, il parait qu'il y a quinze ans de ça, un ouragan nommé Lothar (y sont quand même légion  !) a balayé de son souffle (200 km/h) toute la forêt comme au jeu de mikado !! Je suis d'avis de rentrer chez nous autres, on en a assez vu de Lothar, je pèse pas bien lourd il pourrait m'emporter comme un fétu de paille...                                     

044 (2)

 

 

lothar

009

 

 

025

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes arrivés à notre point de départ sans encombres, notre propre poids nous entraînait tout en douceur sur le chemin descendant ! Au passage devant la chapelle et à tout hasard j'ai fait une brève halte pour remercier François, protecteur des chiens, de m'avoir épargné d'autres rencontres avec lothar et d'être sain et sauf...

 

 

"L'aventure : un évènement qui sort de l'ordinaire, sans être forcément extraordinaire"

048 (2)

052

016